Une oasis verte dans le pays des Pharaons

13-09-2018 11:35 AM


Le parc d’Al-Azhar du Caire continue d’être fort et change son quartier pour le mieux 12 ans après sa première ouverture. Construit sur un tas de détritus, le parc donne à la ville bondée une pièce très nécessaire pour respirer.

Étreignant les rives du Nil, Le Caire était connu depuis des siècles comme une ville de jardins. Mais la récente migration implacable vers la métropole a rendu le besoin de logement prioritaire et, dans les années 1980, presque tous les parcs de la ville avaient disparu. Maintenant, principalement, seuls les petits parcs de quartier disponibles pour l’élite restent.

Aujourd’hui, la capitale est la plus grande ville d’Afrique. Selon Reuters, Le grand Caire abrite près de 23 millions de personnes et devrait absorber 500000 autres en fin d’année, plus que toute autre ville du monde. La grande métropole abrite un quart de la population totale, ce qui entraîne des conditions intolérables dans toute la ville.

Les bidonvilles pleins de bâtiments fragiles dépourvus d’eau courante et d’assainissement dotent la ville et accueillent environ 850 000 personnes. Le gouvernement a déclaré qu’environ 350 de ces bidonvilles sont dangereux, d’autant plus important d’avoir du temps à respirer.

‘Architecture islamique’

L’Aga Khan a vu cela comme un défi et est allé travailler pour créer un «poumon vert» pour la ville. Pour des raisons évidentes, trouver un espace suffisant n’était pas facile. Mais grâce à Aga Khan Trust for Culture, un emplacement approprié a été trouvé: un dépôt de déchets de 33 ans (81 hectares) de 500 ans et de débris. Bien que le site soit près de la vieille ville historique, le quartier voisin à faible revenu de Darb al-Ahmar était l’une des zones les plus pauvres et les plus troublées du Caire.

Pour transformer le tas de déchets en espace vert, il fallait enlever 80 000 camions de remplissage et de combustion de déchets. Dans le processus, trois énormes réservoirs d’eau douce devaient être cachés dans le paysage et des bâtiments et des éléments architecturaux historiquement importants ont été découverts et soigneusement restaurés.

Des attractions comme des promenades, des fontaines, un restaurant et un lac artificiel ont été créés. Et enfin, pour donner au parc sa vie traditionnelle islamique, 650 000 plantes ont été plantées.

Après près de 20 ans de travaux forcés, le parc a été achevé en 2004 et a officiellement été inauguré un an plus tard.

Les 30 millions de dollars (25,5 millions d’euros) nécessaires à la création du parc ont été un don personnel de l’Aga Khan au peuple du Caire pour commémorer ses ancêtres, les Califes Fatimides. Il a fait don de 8 millions de dollars supplémentaires pour la restauration d’un certain nombre de monuments dans la région.

Le projet du quartier

Bien que parfois critiqué, les chefs de projet pensaient qu’il était important que les visiteurs comprennent que le parc est quelque chose de valeureux. Pour cette raison, il y a un petit droit d’entrée. Et aujourd’hui, l’admission au parc de près de deux millions de visiteurs et les recettes du restaurant couvrent les coûts de maintenance.

Mais même ceux qui ne rentrent pas dans le parc en ont bénéficié et non seulement par un meilleur air. La communauté a profité de la restauration d’un certain nombre de bâtiments et d’écoles environnants, de l’enlèvement des montagnes de déchets et d’un meilleur assainissement et de la gestion des déchets.

La construction du parc a donné des emplois aux habitants et des programmes supplémentaires ont été créés pour aider la communauté locale dans le quartier de Darb al-Ahmar à long terme. La formation professionnelle, les établissements de santé, les apprentissages et les prêts de microcrédit pour aider les magasins locaux faisaient partie du concept global.

En fin de compte, l’approche holistique du parc et de sa communauté s’est révélée stimulante pour le renouvellement urbain – surtout sans déplacer les anciens résidents.

Le parc Al-Azhar a été un modèle pour un certain nombre de projets récents dans d’autres parties du monde: le Parc National du Mali à Bamako, le Parc Forodani à Zanzibar et le Jardin de Babur à Kaboul.

(Visited 65 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires