Pour la première fois, un archevêque égyptien à un mariage royal britannique

26-05-2018 08:08 AM


 

Pour la première fois dans l’histoire du mariage royal britannique, un évêque égyptien était au grand jour du prince Harry et de Meghan Markle. Mgr Angaelos s’est joint à Rose Hudson-Wilkin le 19 mai pour prier pour le couple à la chapelle Saint George du château de Windsor.

L’archevêque copte, qui a été évêque général de l’Église copte orthodoxe au Royaume-Uni en 1999 et qui a reçu l’Ordre de l’Empire britannique de la reine Elizabeth en 2015 pour ses services à la liberté religieuse internationale, a dirigé les prières après la bénédiction du mariage. Il l’a fait avec le révérend Rose Hudson-Wilkin, dans ce qui était un mariage royal inspirant – et très inhabituel – qui a également accueilli une chorale d’Evangile et un discours excitant et passionné du très révérend Michael Curry, évêque président et primat de l’Église épiscopale des États-Unis, qui avait accueilli la royauté britannique et leurs invités souriant et en riant.

L’archevêque Angaelos est né en Egypte et a émigré en Australie quand il était enfant. Après avoir obtenu son diplôme de premier cycle en sciences politiques, philosophie et sociologie et diplôme de troisième cycle en droit, il est retourné en Égypte en 1990 où il a été consacré moine au monastère de Saint Bishoy à Wadi-El-Natroun par le Pape Chenouda III. Délégué au Royaume-Uni en 1995, il a obtenu son poste actuel en novembre 2017

En 2017, Anba Angaelos est devenu le premier archevêque orthodoxe copte de Londres après avoir été évêque général de l’Église copte orthodoxe au Royaume-Uni pendant 18 ans.

Anba Angaelos a souvent visité des camps de réfugiés en Grèce, au Liban et en Jordanie, et a ouvertement plaidé à propos de l’aide aux personnes dans le besoin, quelle que soit leur religion.

L’Archevêque était le seul évêque hors de l’Église d’Angleterre et de l’Église épiscopale (une église membre de la Communion anglicane basée aux États-Unis, fondée en 1867 à Londres) à participer à la cérémonie, et le premier évêque copte à être invité dans l’histoire royale.

L’ambassadrice Nabila Makram, ministre d’État chargé des Migrations et des Affaires égyptiennes à l’étranger, a félicité Mgr Angaelos, évêque du diocèse de Londres, pour avoir assisté au mariage royal du prince Harry, représentant l’Église égyptienne.

La ministre de l’Immigration a déclaré à cet égard: “L’invitation de l’évêque Angaelos vient à la lumière de la relation étroite avec le palais, et Son Altesse Royale le prince Harry et sa fiancée Meghan.”

A cette occasion, l’ambassadeur britannique au Caire l’a félicité pour sa participation à la cérémonie du mariage royal, en disant: “Un mariage légendaire avec la participation de notre ami l’évêque copte Angaelos a rassemblé des cultures d’Orient et d’Occident ».

Le samedi 19 mai, des milliards de téléspectateurs à travers le monde entier ont suivi le mariage royal du prince Harry et Meghan Markle. Nombreux étaient les admirateurs de la robe de mariée de Meghan Markle, comme de la pompe et du cérémonial qui ont entouré l’événement. Ils ont remarqué certainement aussi la beauté de la chapelle Saint George. Bâtie il y a 500 ans, elle se dresse sur les terres du château de Windsor.

Appeler « chapelle » cet édifice gothique impressionnant peut étonner. Pourtant, la chapelle Saint George et ses quelques 800 places se prête davantage à des cérémonies un peu plus intimes que l’abbaye de Westminster qui peut accueillir 2.000 fidèles.

Le mariage royal a offert une occasion de découvrir un lieu exceptionnel consacré à la gloire de Dieu.

Édifice de style gothique, construit au XVe siècle et dédié à Saint George, le saint patron anglais saint Georges, martyr du ive siècle, saint patron de la chevalerie chrétienne, du royaume de Grande-Bretagne depuis l’an 800, de la Géorgie qui porte son nom et des armuriers. Il est principalement représenté en chevalier qui terrasse un dragon : allégorie de la victoire de la foi chrétienne sur le démon (du bien sur le mal)., la chapelle dépend directement de l’autorité de la couronne britannique. Elle a servi à de nombreuses cérémonies des membres de la famille royale: baptêmes, mariages et funérailles.

Une quinzaine de mariages y ont eu lieu, une tradition inaugurée par le mariage d’Edward VII et de la princesse Alexandra de Danemark, en 1863, et suivie par les mariages des nombreux enfants de la reine Victoria.

La bâtisse, qui peut accueillir 800 personnes, a également accueilli les funérailles de la reine-mère Elizabeth en 2002. Elle y est enterrée aux côtés de son époux le roi George VI. Parmi les autres rois qui reposent sous sa voûte, figurent Henri VIII, Edouard VI, Charles 1er d’Angleterre, George IV et George V.

La chapelle fait également office de lieu de culte lorsque la reine séjourne au château de Windsor, l’une de ses trois résidences officielles, et sert, entre autres, pour la traditionnelle messe de Pâques, à laquelle la famille royale assiste chaque année.

Pour le mariage royal de Meghan et Harry, la chapelle était décorée de fleurs, dont certaines rendaient hommage à Lady Diana. En effet, des roses blanches faisaient échos à la princesse des cœurs. Diana portait beaucoup de blanc et de crème. Certaines pièces de l’exposition se distinguaient ainsi, comme la célèbre robe Elvis ainsi que certaines photos du shooting de Mario Testino en 1997, avec sa robe couleur crème. Ses robes étaient très rayonnantes et c’est l’esprit donné au jardin de Kensington, en sa mémoire. Dans sa première interview télévisée avec le prince Harry suite à leur engagement, Meghan Markle avait affirmé : “Il est important pour moi de savoir qu’elle vivra cela avec nous.”

Avant de s’y marier, le prince Harry y avait été baptisé en 1984 tandis que son frère, le prince William, y avait reçu sa confirmation, en 1997. Leur père, le prince Charles, avait par ailleurs choisi ce lieu pour officialiser ses vœux avec la duchesse de Cornouailles, Camilla, en 2005.

La chapelle historique accueille, en 2018, deux mariages, celui de Meghan avec Harry, ainsi que celui de sa cousine la princesse Eugenie de York avec Jack Brooksban, en octobre, dix ans après le dernier mariage qui y a été célébré.

Le 19 mai, la cérémonie a été conduite par le révérend David Conner, doyen de Windsor. L’archevêque de Canterbury Justin Welby, chef de l’Eglise anglicane, a officié au moment de l’échange des consentements. A la fin de la cérémonie, le couple a parcouru la propriété de Windsor en calèche avant de se joindre à la réception donnée en leur honneur à Saint George’s Hall, majestueuse salle de banquet du château.

(Visited 128 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires