100 ans- Ecoles du Dimanche

10-05-2018 03:53 PM


SS le Pape Tawadros II, Pape d’Alexandrie et patriarche de la Prédication de Saint Marc, donne aujourd’hui le coup d’envoi des festivités marquant le centenaire de la fondation des écoles du dimanche par le Saint Archidiacre Habib Guirguis. Tout au long d’un siècle, ces écoles ont été une richesse pour l’Eglise et un phare rayonnant pour le monde, suivant les commandements du Dieu glorieux. La reconnaissance du Saint Synode de la sainteté d’Habib Guirguis est une couronne pour tous les membres de l’Eglise. Célébrant le centenaire des écoles du dimanche, les lignes suivantes relatent l’histoire de ce saint dévot.

Habib Guirguis est né au Caire en 1876. Alors qu’il était encore enfant, son père mourut en 1882. Sa mère lui donna une éducation religieuse. Il a rejoint l’école secondaire Copte dans le district de Clot Bey au Caire. Il fut le premier étudiant choisi pour s’inscrire au séminaire lorsqu’il fut rétabli en 1893. Il y fut nommé professeur de religion alors qu’il était étudiant en dernière année. Il était le plus haut gradué de la première promotion de 1898 du séminaire.

Il devint le premier professeur de théologie et d’homilétique au séminaire. Il excellait dans la prédication et l’enseignement.

Il ne trouva personne pour lui enseigner, alors il se consacra à la bibliothèque du séminaire, lisant, étudiant, cherchant, résumant, créant et professionnellement grandissant … Il reçut également le mentorat du Hégoumène Philotheos Ibrahim qui était alors un très vieil homme écrasé par la maladie.

À l’époque, le séminaire n’avait aucune spécialisation dans l’enseignement des sujets religieux. Ainsi, il a enseigné tous les sujets jusqu’à ce que Simon Silides, Ragheb Atiya (Hégoumène Ibrahim Atiya) et d’autres pionniers de cette génération soient venus.

Il était contemporain de quatre patriarches: les Papes Kyrillos V, Yohannes IXX, Makarius III et Youssab II. Il était très apprécié par tous, ainsi que par tous les métropolitains, pontifes de l’église, dont beaucoup étaient ses disciples.

C’est lui qui a établi le séminaire et c’est lui qui a acheté sa terre à Mahmacha et s’y est construit un bâtiment très magnifique par rapport aux normes de l’époque. C’est lui qui a créé l’École des Cantors rattachée au séminaire. Il a également construit une église pour le séminaire, qui est maintenant l’église Sainte Marie à Mahmacha.

Il a été nommé directeur du séminaire en 1918 par une lettre du Pape Kyrillos V le 14 septembre. Il continua à ce titre 33 ans jusqu’à son départ à la veille de la fête de Sainte Marie, le 21 août 1951. Il avait 75 ans.

Ses activités éducatives ne se limitaient pas au séminaire. Il a enseigné dans tous les lieux et est devenu le symbole de l’éducation dans sa génération et un mentor pour tous les enseignants. Il a prêché dans les églises et les sociétés de bienfaisance. La société d’al-Nacha’a [éducation] à Haret al-Sakkayine était l’une des sociétés célèbres dans laquelle il prêchait.

Il a également prêché dans la société copte al-Iman [Foi]. Il était le fondateur de cette société. Il a également été le fondateur de la Société al-Mahaba [Amour] pour l’éducation des enfants. Il était un membre actif de la Société Copte d’Al-Khaïreya [Bénévole] et a joué un rôle dans l’établissement de la Société des Amis de la Sainte Bible.

En 1938, le séminaire fêtait ses quarante ans depuis la fin de son premier cours. Le festival a été suivi par un grand nombre de métropolites. Les autres ont envoyé des lettres ou des télégrammes d’appréciation au professeur Habib Guirguis. À cette occasion, il a publié son livre « Le Séminaire entre le Passé et le Présent ». Il y décrit l’établissement du séminaire et ses bâtiments, les dortoirs et l’augmentation du nombre d’enseignants dans de nombreuses disciplines. Outre les nombreux cours de religion, il a introduit des cours de logique, de philosophie, de psychologie, d’hébreu et de grec. Il a également mis l’accent sur l’étude de l’arabe, l’anglais, le copte, l’histoire et les hymnes de l’église, qui ont été enseignées par al-Mou’allem Mikhaïl, le chantre en chef de l’église. Le professeur Habib Guirguis a créé les écoles du dimanche en 1900 et conçu son programme. Ces écoles ont été officialisées en 1918. Les écoles du séminaire et du dimanche devinrent une entité éducative sous sa direction. Il devint l’adjoint du Pape, qui était le chef suprême des écoles du dimanche et de leur comité général. Il a imprimé pour cela des cartes à distribuer élégantes avec une image colorée d’un côté et la leçon de la semaine de l’autre. En 1946, Habib Guirguis établit le séminaire du soir pour les diplômés universitaires. De nombreux dirigeants des écoles du dimanche des églises du Caire et de Guizeh se sont inscrits. Un autre fardeau d’Habib Guirguis était d’écrire le programme de religion et les livres pour les écoles. En 1909, il a écrit son livre, « Résumé des Fondations de la Foi », en trois volumes pour les écoles élémentaires. Il a été bien accueilli par les enseignants et les étudiants. En 1937, il a écrit huit nouveaux livres dans une série, « Les principes chrétiens orthodoxes », pour s’adapter aux écoles primaires et secondaires. Plus tard, il a écrit trois livres dans une autre série, « Précieux Trésors de l’Histoire Sainte ». Ceux-ci sont devenus les manuels officiels dans les écoles gouvernementales et coptes. Il a également communiqué avec les autorités du ministère de l’Éducation pour attirer l’attention sur l’éducation religieuse. Habib Guirguis a également prêté attention au journalisme. Il a publié son célèbre magazine, al-Karma, en 17 volumes.

Habib Guirguis était aussi un poète: il a employé ce don pour écrire des hymnes religieux et des chansons. Il a publié plusieurs livres. En théologie comparée, « Le rocher orthodoxe »; et dans l’histoire de l’église, « Saint Marc l’évangéliste »; et « La vie de saint Paula et de saint Antoine »; et dans la spiritualité, « Le Mystère de la Droiture », « Vues Spirituelles de la Vie Chrétienne », « Réconfort aux Fidèles », et « L’Esprit des Supplications ». Il a également écrit sur ses espoirs de réforme son livre, « Moyens Pratiques pour la réforme Copte ». Habib Guirguis a reçu une grande renommée: Les gens aimaient beaucoup Habib en raison de son souci de l’éducation dans tous les domaines, et à cause de sa personnalité spirituelle.

On se souviendra d’Habib Guirguis comme le pionnier de l’éducation religieuse dans notre pays dans l’histoire moderne. Il n’était pas seulement un enseignant, mais une école. Surtout, il était un symbole pour le travail positif dans l’église, un symbole pour l’amour de l’éducation, un symbole de douceur, de zèle et de nombreuses vertus. Notre commémoration d’Habib Guirguis est une expression de loyauté et d’engagement. Nous n’oublierons pas les bonnes actions d’Habib Guirguis pour nous et pendant toute cette époque. Habib Guirguis a établi une base solide, et beaucoup ont construit sur elle.

(Visited 1 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires