Décès d’Amin Fahim, grande figure de l’Église catholique en Égypte

17-03-2018 07:05 PM

Mounir Wadie


Amin Fahim est décédé au Caire le samedi 3 mars 2018. Ses obsèques ont été célébrées le lundi 5 mars à la Basilique-Notre-Dame d’Héliopolis, sous la présidence de S.B. Ibrahim Sidrâc patriarche copte catholique et président de l’Assembles des patriarches et évêques catholiques en Égypte.

Brillant avocat de métier, détenant avec son beau-frère Magdi Halim Doss, fondateur de l’ACJE (Association catholique pour la jeunesse égyptienne), une étude renommée, Amin Fahim s’est engagé dès son adolescence dans divers mouvements dans l’Église catholique, alors qu’il était élève au Collège jésuite de la Sainte-Famille au Caire.

Au début des années soixante, il a empêché la dissolution de l’Association de la Haute Égypte, qui n’avait pas encore atteint un quart de siècle. Puis il s’est trouvé derechef engagé à lui redonner sa vitesse de croisière et en a été élu président en1965. Rapidement, il s’est retrouvé engagé à plein temps dans cette institution fondée en 1940 par le célèbre jésuite Henry Ayrout. Il est demeuré à la présidence de l’Association et comme directeur général jusqu’en décembre 1999.

Sa grande réussite est d’avoir suscité en s’inspirant du concile Vatican II, un véritable « mouvement laïc » dans l’Église en Égypte, avec une équipe animatrice composée en parité égale de femmes et d’hommes et ayant réussi à organiser de grandes rencontres de pensée autour de l’école, comme point de départ pour le développement du milieu, de la santé, avec toutes les congrégations religieuses et dispensaires en fonction à travers la vallée du Nil, de la jeunesse, de la femme, et de leur rôle dans la société, de l’enfance, du développement social et économique et, point culminant, dans les années mille neuf cent quatre-vingts, un vaste sondage sur le « rôle de l’Église catholique en Égypte aujourd’hui ». Malheureusement, notre Église et notre société étant d’une mentalité vigoureusement cléricale, ce mouvement n’a pas duré bien longtemps.

Il a également eu un rôle important dans le dialogue œcuménique et a été pendant une décennie président du Bureau international catholique de l’Enfance.

Avec trois fils et trois petits-enfants, Amin Fahim aurait eu le 8 avril prochain 93 ans. Il a rejoint son épouse, Thérèse Halim Doss, qui l’a précédé dans la maison du Père depuis quelques années, ainsi que les nombreux parents et amis qui l’ont devancé.

Une figure vraiment incontournable de l’Église catholique en Égypte, notamment dans la seconde moitié du vingtième siècle.

Que sa mémoire demeure éternelle.

(Visited 1 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires