Al-Sissi insiste sur l’importance de la diplomatie pour résoudre les crises

04-02-2018 07:45 PM


Il y avait beaucoup de buts importants de la visite du président Abdel-Fattah al-Sissi en Ethiopie pour participer au Sommet de l’Union africaine, en insistant sur l’importance de la diplomatie pour résoudre les crises et en reconstruisant de bonnes relations entre l’Egypte et le reste des nations africaines.
La visite a été bénéfique, car elle mettait l’accent sur les relations agricoles entre l’Égypte et les pays du bassin du Nil.
Al-Sissi a souligné que l’Egypte est désireuse d’améliorer et de consolider de bonnes relations avec d’autres nations africaines. En 2017, il a visité quatre pays africains, à savoir la Tanzanie, le Rwanda, le Gabon et le Tchad, pour résoudre le problème de la sécurité de l’eau dans les pays du bassin du Nil.
Les dirigeants de l’Égypte, de l’Éthiopie et du Soudan se sont rencontrés en marge du Sommet de l’Union africaine, alors qu’ils continuent de travailler à la résolution de l’impasse sur le projet de barrage Grande Renaissance de l’Éthiopie.
”Soyez rassurés. Tout va bien. Nous parlons comme une nation, pas trois, “a déclaré le président égyptien après la réunion.
Les chefs d’Etat soudanais, éthiopien et égyptien se sont mis d’accord sur l’intégration d’un comité tripartite permanent pour le suivi de la construction du barrage éthiopien Grande Renaissance.
Le président égyptien Abdel-Fattah al-Sissi, le président soudanais Omar al-Béchir et le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn ont convenu de plusieurs aspects substantiels pour améliorer les négociations à cet égard.
Les dirigeants ont convenu de charger le comité tripartite, qui comprend les ministres de l’Irrigation de chaque partie, de fonctionner comme un comité politique et de travailler pour résoudre toutes les questions en suspens liées au barrage, sur lesquelles ils doivent soumettre un rapport aux trois dirigeants dans un délai raisonnable.
Le barrage est un projet éthiopien qui devrait bénéficier aux trois pays, de sorte que les parties de l’eau du Nil qui correspondent au Soudan et à l’Egypte ne devraient pas être affectées par sa construction, ont déclaré les chefs d’Etat des trois pays.
Les dirigeants des trois pays ont souligné leur enthousiasme pour le maintien de bonnes relations entre leurs gouvernements et leurs peuples et ont convenu de coordonner et de travailler ensemble pour l’intérêt commun de leurs peuples.
Le président sortant de l’Union africaine Alpha Condé a d’autre part annoncé lors de son discours de fin de mandat que la présidence en exercice de l’Union panafricaine en 2019 sera pilotée par le président Abdel-Fattah al-Sissi. Il succédera au Rwandais Paul Kagame qui préside l’UA pour l’exercice 2018 à partir du dimanche 28 janvier.
Un projet d’ordre diplomatique comprend l’établissement d’une troïka chargée de représenter l’institution à l’international et composée du président actuel de l’Assemblée Paul Kagame, de son prédécesseur Alpha Condé et de son successeur Abdel Fattah al-Sissi.

(Visited 13 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires