Le Pape François place la journée mondiale de la paix qui a lieu demain le 1er janvier 2018 sous le signe des migrants.

28-12-2017 03:17 PM


«Les migrants et les réfugiés: des hommes et des femmes en quête de paix», tel est le thème retenu pour le 1er janvier 2018, date à laquelle est célébrée cette journée. Dans ce message, le Saint-Père invite une nouvelle fois à un meilleur accueil des personnes qui ont fui leurs pays, et plaide pour une conversion du regard envers ces personnes, car leur intégration réelle est l’une des conditions de la paix dans nos sociétés.
« Ceux qui fomentent la peur des migrants, parfois à des fins politiques, au lieu de construire la paix, sèment la violence, la discrimination raciale et la xénophobie, sources de grande préoccupation pour tous ceux qui ont à cœur la protection de chaque être humain », a-t-il dit.
Le Pape invite à regarder les migrants avec confiance
Dans son message pour la journée mondiale de la paix, le 1er janvier 2018, le Pape François lance un nouvel appel vigoureux pour l’accueil des migrants et s’oppose fermement à ceux qui s’y refusent « en mettant en exergue les risques encourus pour la sécurité nationale ou le poids financier de l’accueil des nouveaux arrivants ». « Certains les considèrent comme une menace, poursuit-il. Moi, au contraire, je vous invite à les regarder avec un regard rempli de confiance, comme une occasion de construire un avenir de paix. »
Rappelant que le phénomène des migrations n’est pas près de se tarir, le Pape argentin, qui se présente comme un « fils d’une famille d’immigrés », souligne que les migrants et les réfugiés « n’arrivent pas les mains vides ». « Ils enrichissent la vie des nations qui les accueillent », selon les mots de François qui appelle les sociétés d’accueil à les « accueillir », les « protéger », les « promouvoir » et les « intégrer ». Il avait déjà insisté sur ces quatre notions pour son message pour la Journée mondiale des migrants, publié en août dernier. En écho à la situation en Libye, il alerte aussi sur les abus auxquels ils s’exposent « qui vont jusqu’à faire d’eux des esclaves. »
Un nouvel appel aux gouvernements pour accueillir tout « en pratiquant la vertu de prudence »
Le Pape s’adresse aux gouvernements en espérant qu’ils puissent « en pratiquant la vertu de prudence », « accueillir, promouvoir, protéger et intégrer, en établissant des dispositions pratiques, ’dans la mesure compatible avec le bien réel de leur peuple. » Selon lui, il est « également possible que des pays moins riches puissent accueillir un plus grand nombre de réfugiés ou de mieux les accueillir, si la coopération internationale leur assure la disponibilité des fonds nécessaires. »
Parmi ceux qui souffrent le plus d’absence de paix, le Pape veut une fois encore rappeler les plus de 250 millions de migrants dans le monde, dont 22 millions et demi sont des réfugiés. C’est d’abord, en effet, un message de compassion que le Pape a souhaité délivrer en étreignant tous ceux qui fuient la guerre et la faim ou qui sont contraints de quitter leurs terres à cause des discriminations, des persécutions, de la pauvreté et de la dégradation environnementale.
Ouvrir nos cœurs à la souffrance des autres ne suffit pas, explique le Pape, qui souligne que l’accueil de l’autre exige un engagement concret, une chaîne d’entraide et de bienveillance. Mais le souverain pontife ne gomme pas non plus les difficultés auxquelles sont confrontés sociétés et gouvernants. Aussi, rappelle-t-il, c’est en pratiquant la vertu de prudence, que les gouvernants sauront mieux accueillir et intégrer ces personnes vulnérables.
Enfin, François souhaite, au cours de l’année 2018, « la définition et l’approbation par les Nations unies de deux pactes mondiaux : l’un, pour des migrations sûres, ordonnées et régulières et l’autre concernant les réfugiés ».Ces deux pactes devront ensuite servir de référence et l’Église par la voix du Pape veut activement contribuer à processus.
Le Saint Père a rappelé les paroles de saint Jean-Paul II qui nous inspirent : « Si le “ rêve ” d’un monde en paix est partagé par de nombreuses personnes, si l’on valorise la contribution des migrants et des réfugiés, l’humanité peut devenir toujours plus la famille de tous et notre Terre une véritable “ maison commune ” ». Dans l’histoire, beaucoup ont cru en ce « rêve » et ceux qui l’ont vécu témoignent qu’il ne s’agit pas d’une utopie irréalisable.
Parmi eux, il faut mentionner sainte Françoise-Xavière Cabrini, dont est fêté en cette année 2017 le centenaire de sa naissance au ciel. Cette grande petite femme, qui consacra sa vie au service des migrants, devenant ensuite leur patronne céleste, a enseigné comment nous pouvons accueillir, protéger, promouvoir et intégrer nos frères et sœurs. Par son intercession, que le Seigneur nous accorde à tous de faire l’expérience que « c’est dans la paix qu’est semée la justice qui donne son fruit aux artisans de la paix »

(Visited 24 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires