Leclerc de Hauteclocque, un héros français

14-12-2017 12:02 PM


Leclerc est l’officier le plus représentatif de la France Libre en lutte contre l’Allemagne nazie. Il entre dans l’Histoire de France le 2 mars 1941
Ce jour-là, dans l’oasis de Koufra, en Libye, tandis que l’Allemagne triomphe sur tous les fronts, le colonel Leclerc fait avec ses hommes le serment de ne plus déposer les armes avant que le drapeau français ne flotte sur Strasbourg.
D’un tempérament fonceur, débordant d’initiative et d’audace, au grand dam de ses supérieurs, il va tenir sa promesse et conduire ses hommes jusqu’à Paris, Strasbourg et même Berchtesgaden, le nid d’aigle du Führer.
Quoique souvent en désaccord avec de Gaulle, il ne se départira jamais de sa fidélité au chef de la France Libre.
Le « serment de Koufra »

L’auteur du « serment de Koufra » s’appelait avant la guerre Philippe de Hauteclocque, comte de son état.
Né le 22 novembre 1902 dans le château familial de Belloy-Saint-Léonard, issu d’une vieille famille de la noblesse picarde, officier monarchiste et catholique, il est capitaine quand débute la Seconde Guerre mondiale. Il est blessé pendant la campagne de France et fait prisonnier mais arrive à s’évader.
Le 22 juillet 1940, il quitte sa femme et leurs six enfants pour rejoindre Londres et participer aux côtés du général de Gaulle à la libération de la France. Il prend alors le pseudonyme de Leclerc, fréquent dans sa région. De Gaulle l’envoie en Afrique avec le grade de commandant avec mission de rallier le Cameroun et l’Afrique équatoriale à la France libre.
Une ascension fulgurante
Pour se hisser au-dessus du lieutenant-colonel en poste au Cameroun, Leclerc s’attribue comme par enchantement le grade de colonel. Le général de Gaulle acceptera peu après de le confirmer dans ce grade en le dispensant de passer par le grade de lieutenant-colonel.
Nommé commissaire général de la France libre au Tchad, Leclerc enlève aux Italiens l’oasis de Koufra, le 2 mars 1941. C’est le début d’une longue marche glorieuse jusqu’à Strasbourg, via Paris.
Marche triomphale
Le colonel débarque en Normandie en juillet 1944 à la tête de la 2e division blindée, partie intégrante de la 3e armée américaine du général Patton. Il lui revient l’honneur de libérer Paris.
Le général et ses troupes auront encore l’honneur de libérer Strasbourg le 25 novembre 1944 puis de s’emparer du nid d’aigle de Hitler à Berchtesgaden, dans les Alpes bavaroises.
Leclerc représente la France lors de la reddition du Japon, le 2 septembre 1945, à bord du cuirassé USS Missouri.
Après la libération de la France, le général de Gaulle envoie Leclerc en Indochine pour restaurer la souveraineté française sur l’ancienne colonie. Mais Leclerc comprend l’inanité de ce projet et s’éloigne dès lors de De Gaulle.
Mort dans un accident d’avion au-dessus du Sahara le 28 novembre 1947, le général est inhumé dans la crypte des Invalides puis hissé à la dignité de Maréchal de France à titre posthume cinq ans plus tard, le 11 janvier 1952, en même temps que Jean de Lattre de Tassigny (il aurait alors eu 49 ans).

(Visited 14 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires