L’Egypte flexible et l’Éthiopie intransigeante au sujet du Barrage de l’Éthiopie

25-11-2017 02:15 PM


L'Egypte flexible et l'Éthiopie intransigeante au sujet du Barrage de l'Éthiopie

Au cours de la dernière période, les tensions politiques au Caire se sont accrues, pour la 17ème fois en trois ans, une réunion ministérielle tripartite entre l’Egypte, le Soudan et l’Ethiopie n’a pas abouti à un accord sur le rapport d’études préliminaires sur l’impact régional du Barrage éthiopien Grande Renaissance.
Le barrage de la Renaissance est construit sur le Nil Bleu, l’affluent qui coule des hauts plateaux éthiopiens jusqu’au cours principal du fleuve, portant les eaux du flot annuel du Nil qui irriguent et alimentent l’Egypte; le Nil Bleu fournit environ 60% de l’approvisionnement annuel en eau de l’Égypte. En tant que tel, et étant donné que le pays n’a pas d’autre source d’eau que le Nil qui transporte plus de 95% de son eau et est donc l’élément vital du pays, le barrage éthiopien menace l’existence même de l’Egypte. Comme l’a dit le président Abdel-Fattah al-Sissi: «Les eaux du Nil sont pour l’Éthiopie un moyen de développement; pour l’Egypte, ils sont une question de vie ou de mort.
Les accords qui remontent à 1929 et 1959 réglementent les quotas d’eau pour les pays en aval; la part de l’Egypte est de 55,5 milliards sur un total de 88 milliards de mètres cubes d’eaux du Nil. Même ainsi, l’Egypte a déjà l’un des plus bas part de l’eau par habitant dans le monde, environ 660 mètres cubes par personne. D’autres pays du Nil prétendent que les accords sont injustes pour leurs propres populations croissantes, mais il n’en reste pas moins que tous les autres pays riverains reçoivent des précipitations importantes alors que l’Egypte est le seul pays totalement dépendant du Nil pour ses besoins en eau.
Le barrage Grand Renaissance de plus de 6000 mégawatts, qui devrait être achevé cette année ou au début de l’année prochaine, a été décrit par l’Éthiopie comme devant faire du pays la plus grande centrale hydroélectrique d’Afrique.
L’Ethiopie insiste sur le fait que le barrage n’aurait aucun impact négatif sur l’Egypte ou le Soudan, mais n’a présenté aucune preuve d’une telle allégation.
Le barrage de la Renaissance est un fait accompli, et l’Egypte a espéré parvenir à un accord pour remplir son énorme réservoir de 74 milliards de m3, et gérer le flux.
Étant donné que le barrage est prévu pour la production d’énergie hydroélectrique et non pour l’irrigation, le débit d’eau en aval reviendrait à la normale une fois le réservoir rempli. Mais jusqu’à ce que cela arrive, beaucoup dépend de la période pendant laquelle le réservoir serait rempli. Si le remplissage serait effectué pendant une période prolongée, les dommages à l’Egypte pourraient être minimes, car la quantité d’eau bloquée du pays en aval serait durable. Mais un remplissage plus rapide pourrait être catastrophique, car cela empêcherait des quantités d’eau importantes de s’écouler en Egypte.
La situation est compliquée, notamment par le secret gardé de l’Éthiopie et son refus de partager des informations sur le barrage.
Dans un accord de Déclaration de Principes de 2015, l’Egypte, l’Ethiopie et le Soudan ont accepté de contracter une étude indépendante de l’impact du barrage et de le respecter lorsqu’ils sont d’accord sur un plan de remplissage du réservoir et d’exploitation du barrage. Mais la date limite pour compléter l’étude est passée, et elle a à peine commencé, soutenue par des divergences sur le refus des Éthiopiens de partager l’information et la transparence malgré les multiples rounds de négociations, le plus récent étant le 17 novembre.
Selon le ministre égyptien de l’Irrigation et des Ressources en eau, Mohamad Abdel-Ati, la récente réunion tripartite s’est concentrée sur le rapport d’introduction sur les études techniques prévues de l’impact potentiel du barrage sur l’Égypte et le Soudan. Les études, qui sont menées par deux entreprises françaises, Arterlia et BRL, devaient débuter fin 2016, mais elles nécessitaient un accord sur les méthodes des trois gouvernements avant qu’ils puissent commencer. L’Égypte a approuvé le rapport initial le 12 novembre 2017, mais l’Éthiopie et le Soudan ont demandé des amendements majeurs aux études proposées.
L’Égypte a exprimé à plusieurs reprises ses préoccupations quant aux retards persistants dans l’approbation des études techniques étant donné que l’Éthiopie est en train de procéder à la construction du barrage, qui a débuté en 2011.
Les Egyptiens ont parlé de leur désillusion face à l’intransigeance éthiopienne. Des sources officielles se plaignent que lors de chacune de ces réunions, l’Egypte a fait preuve de la plus grande patience, de la plus grande souplesse et de la bonne volonté, mais les Éthiopiens ont été intransigeants et non coopératifs. Ils ont refusé de donner les informations nécessaires à la poursuite des études techniques et ont manœuvré de manière flagrante pendant la construction du barrage.
Mahmoud Abou-Zeid, ancien ministre de l’Irrigation et chef du Conseil arabe de l’eau, a déclaré que la partie éthiopienne rejette la ligne la plus fondamentale: le droit de l’Egypte au quota d’eau qui lui a été attribué par les accords de 1929 et 1959. Les experts affirment que, ce faisant, l’Éthiopie viole de manière flagrante les principes de l’Organisation de l’Union africaine, qui stipulent que les traités et accords conclus à l’époque coloniale restent en vigueur.
On ne sait pas comment l’Egypte prévoit de faire face à la situation. Les autorités ont déclaré que l’eau du Nil, l’élément vital du pays, était une question de sécurité nationale et que l’Égypte s’occuperait de la situation en conséquence.
Hany Raslan, vice-président du Centre d’études stratégiques d’al-Ahram, a suggéré qu’un sommet soit organisé entre les présidents des trois États riverains que le barrage Renaissance affecte directement: l’Éthiopie, le Soudan et l’Égypte pour résoudre le problème. D’autres suggestions visaient à mobiliser les efforts internationaux pour faire pression sur l’Éthiopie afin qu’elle accepte la coopération.
Les médias égyptiens ont appelé l’Egypte à demander le soutien de la communauté internationale, ou à porter l’affaire devant le Conseil de sécurité de l’ONU, voyant que la menace en question concerne la sécurité nationale de l’Egypte et sa vie même.
Le samedi 18 novembre, le président al-Sissi a assuré aux Égyptiens: “Personne ne peut porter atteinte à la sécurité de l’eau en Egypte”. Mais il a également averti les Egyptiens qu’ils devaient utiliser l’eau de manière rationnelle, disant que la culture du riz était rationnée par le gouvernement en raison de sa consommation d’énormes quantités d’eau, et a demandé aux producteurs égyptiens de respecter les quotas officiels afin de sauver eau précieuse. “La violation de ces quotas”, a-t-il dit, “porte également atteinte à notre sécurité de l’eau.”

(Visited 54 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires