Soutien appuyé de la France à l’Égypte

28-10-2017 05:28 PM


Soutien appuyé de la France à l’Égypte
 
 
 
Le président Abdel-Fattah al-Sissi a effectué une visite en France du 23 au 25 octobre, où une rencontre a été tenue avec son homologue français, Emmanuel Macron.
La rencontre entre les deux chefs d’Etat s’est tenue mardi dernier à l’Elysée. Au déjeuner de travail, la première rencontre du genre entre les deux chefs d’Etat a permis d’évoquer les sujets d’intérêts communs, comme les crises régionales et la lutte contre le terrorisme.
Les dossiers bilatéraux, notamment les moyens de renforcer les relations entre l’Egypte et la France sur le plan de la coopération culturelle et éducative, ont également été évoqués.
Le président Abdel-Fattah Al-Sissi et son homologue français ont assisté mardi à la signature d’un certain nombre d’accords de coopération et de mémorandums d’accord entre l’Egypte et la France.
A cet égard, une série d’accords bilatéraux ont été signés pour le financement de centres de soins, de l’extension de la station d’épuration d’Alexandrie et la construction de centrales solaires en Égypte.
Le président français Emmanuel Macron a déclaré que son pays va coopérer avec l’Egypte dans la lutte contre le terrorisme et la confrontation avec toutes les organisations terroristes.
Il a en outre affirmé que la France essayait toujours d’assurer la préservation des droits de l’Homme et la préservation de la société civile égyptienne.
Il a souligné que l’Egypte et la France souffrent du terrorisme, louant le rôle de l’Egypte dans la lutte contre le terrorisme et l’imposition de la sécurité.
L’Egypte est confrontée à de graves défis, en particulier les défis de la sécurité, a déclaré le président français, assurant: “Je suis sûr que le président al-Sissi réalisera la sécurité et la stabilité sur le chemin de la diplomatie”.
M. Macron a par ailleurs réitéré son principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des pays, de la même façon qu’il n’accepte qu’aucun autre dirigeant lui donne des leçons sur la manière de gouverner son pays.
“Il s’agit de ne pas donner des leçons hors de tout contexte” et “je suis conscient du contexte sécuritaire” auquel fait face le président égyptien, qui “a un défi, la stabilité de son pays” et “la lutte contre le fondamentalisme religieux”, a noté le président français devant la presse.
Le président français a souligné la détermination de son pays à soutenir l’Egypte sur la voie du développement afin de parvenir à la stabilité.
Le chef de l’Etat égyptien a de sa part commenté les critiques adressées à l’Égypte par certaines organisations occidentales de défense des droits humains. Le président a dit: “où sont les droits de l’Homme des martyrs, de leurs familles, des enfants, des veuves et des mères qui ont perdu leurs fils dans les incidents terroristes au cours des trois dernières années?”
Le président al-Sissi a assuré que ceux qui sont arrêtés sont soumis à des procès équitables devant la justice égyptienne, soulignant qu’il n’y a pas de prisonniers politiques en Egypte, l’Egypte a des procédures légales qui prennent en compte toutes les procédures devant le pouvoir judiciaire.
Al-Sissi a noté que les organisations des droits de l’Homme doivent se rapprocher de la nature des choses en Egypte. “Il y a des informations fausses et sans fondement publiées sur la situation en Egypte, et il y a une campagne systématique dirigée par les Frères musulmans contre l’Egypte”, a révélé al-Sissi.
Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a déclaré que cette année coïncide avec le 150e anniversaire de l’ouverture du canal de Suez.
Il a ajouté que le développement de l’axe du canal est une priorité pour le gouvernement égyptien après avoir doublé le conduit d’eau en 2015.
Le président Al Sissi a indiqué que le gouvernement égyptien envisage de transformer l’axe du canal pour devenir la plus grande zone de services logistiques au Moyen-Orient.
Avant sa rencontre à Paris avec Emmanuel Macron, le président égyptien a accordé un entretien au Figaro. Il a déclaré qu’il ne faut jamais sous-estimer la force de la volonté des peuples. Chaque pays a ses particularités et ses spécificités. La situation de l’Égypte est unique. Le peuple égyptien est prêt à tous les sacrifices pour protéger la patrie et préserver son identité millénaire. Pour empêcher l’État d’être noyauté par cette organisation terroriste que sont les Frères musulmans, plus de 30 millions d’Égyptiens sont descendus dans la rue en ce début d’été 2013, réclamant la démission de Morsi. L’Égypte dispose d’institutions anciennes et fortes, structurées et autonomes dans leur fonctionnement. L’État est solide, il est capable de traverser des révolutions qui sont l’expression de la volonté du peuple souverain. L’armée nationale a pour seul objectif de défendre le peuple et le pays, au-delà de toutes considérations partisanes.
Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a en outre accordé une interview à la chaîne “France 24” lundi.
Le président al-Sissi a insisté sur le fait que ceux qui cherchent la déstabilisation dans le nord du Sinaï sont un groupe de terroristes, pas des militants ou des combattants rebelles, comme certains les appellent.
Le président a ajouté: “Le terrorisme ne menace pas et frappe seulement l’Egypte, mais il menace tous les pays du monde et l’Europe. Pendant des années, nous appelons à nous unir pour faire face au vrai défi de l’humanité et de la stabilité”.
“Nous apprécions le succès de la lutte contre le terrorisme en Syrie et en Irak, mais cela conduira au transfert de certains éléments du front syrien et irakien vers la Libye, l’Egypte, le Sinaï et l’Afrique de l’Ouest. Nous devons donc nous unir pour éviter de financer ces éléments.” a averti al-Sissi.
Le président al-Sissi a commenté l’incident des Oasis, disant que “l’incident est toujours sous enquête, qu’il y a des pays qui financent le terrorisme avec de l’argent et des armes, entraînent des combattants, et leur apportent un soutien médiatique et politique”.
Le Caire soutient toutes les mesures visant la stabilité et la sécurité des pays du Golfe, a assuré M. al-Sissi, soulignant que les relations de l’Egypte avec l’Iran ont été rompues pendant plus de 40 ans.
Il a ajouté que les demandes des pays boycottant le Qatar visaient à maintenir la sécurité et la stabilité de ces pays, ce qui montre le rôle de l’Iran dans la déstabilisation de ces pays.
La visite d’al-Sissi en France était la troisième depuis qu’il a assumé ses fonctions en 2014.
 
(Visited 25 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires