Le martyr victime de la haine aveugle

20-10-2017 08:50 PM


Le père Samaan Shehata, prêtre orthodoxe copte de 45 ans du village d’Ezbet Girgis à Al-Fashn, Béni Soueif, à 130 km au sud du Caire, a été assassiné à Medinet al-Salam, une ville satellite à l’est du Caire, jeudi 12 octobre 2017.
Le père Samaan, ordonné en 1998 et pasteur de l’église de Yulius al-Aqfahsi à Ezbet Girgis, laisse derrière lui une femme et trois enfants: un jeune homme dans sa première année à l’université, et deux petites filles.
Croix sculptée sur le front
Le père Samaan était à Médinet al-Salam, rencontrant les propriétaires d’affaires de barres de renfort en fer à leur entrepôt, pour recueillir un don pour les nécessiteux dans le village de Béni Soueif. L’accompagnant était son ami, père Pimen Shaker de Matai, Minya.
Après avoir terminé sa tâche et avant de rentrer chez lui, le père Samaan a découvert qu’il avait oublié son téléphone portable dans l’entrepôt, alors il est retourné pour le récupérer. Le chauffeur a garé la voiture de l’autre côté de la rue et le père Samaan est descendu et s’est dirigé là. Un inconnu brandissant un long poignard courut après lui; le prêtre se précipita à l’entrepôt pour se mettre à l’abri, mais à quelques pas avant de pouvoir l’atteindre il a été dépassé par son attaquant qui l’a violemment percé avec le poignard dans le dos. Le père Samaan est entré dans l’entrepôt avec l’agresseur sur ses talons. A quelques mètres à l’intérieur, l’attaquant lui a porté un coup sur la tête. Le coup a été porté vers le Père Samaan qui a saigné lourdement; son attaquant a utilisé le poignard pour sculpter une croix sur le front de Samaan. Ceux qui étaient autour étaient étourdis et terrifiés par la scène, personne ne pouvait sauver le prêtre. L’attaquant s’est rapidement enfui, mais à ce moment-là les passants avaient compris ce qui se passait et couraient après lui. Ils l’ont attrapé à une certaine distance et l’ont remis à la police.
Le chauffeur, Girgis Kamel, a déclaré que le Père Samaan était en train de saigner pour plus d’une heure jusqu’à ce que l’ambulance vienne. À ce moment-là, il avait rendu le dernier soupir.
Le père Pimen n’avait pas été sur les lieux du crime; il était indemne.
Le rapport officiel d’après-décès indiquait que le père Samaan était décédé en raison d’une entaille longitudinale dans la tête, qui a conduit à la fracture du crâne et s’est étendue à une hémorragie interne.

“Allah a dit de le tuer”
La police a identifié l’attaquant comme Ahmad Saïd Ibrahim al-Sonbati, un hors-la-loi avec un dossier de crime. Le poignard a été trouvé près du site où les habitants l’ont attrapé, enveloppé dans un journal. Les voisins disent qu’il était célèbre pour son attitude extrémiste, portant souvent des coups aux chrétiens, les abusant verbalement, et même jetant des pierres sur eux.
Selon l’avocat Morqos Sawiris, Sonbati a déclaré lors de son interrogatoire par les poursuites qu’il n’avait pas prémédité le meurtre du père Samaan qu’il ne connaissait pas. Il a dit qu’il s’était préparé à un combat avec les propriétaires d’un local d’un magasin de jus où il travaillait depuis un certain temps et qui les attendait pour traverser ce chemin, quand il a vu passer le prêtre. “J’ai senti qu’Allah me disait d’aller le tuer “, a déclaré Sonbati,” et j’ai senti que je ferais du bien par cela. “Il a dit qu’il souhaitait se débarrasser de tous les kafara”, ce qui signifie apostats ou non-croyants.
Le gouverneur de Béni Soueif, Chérif Habib, a envoyé un message télégraphique adressé à la congrégation copte dans le gouvernorat, et également à Anba Stephanos, évêque de Biba, al-Fashn, et Smesta; et Anba Ghobrial de Béni Soueif, pour faire les condoléances pour “le martyr le père Samaan” qu’il a décrit comme «un modèle d’amour, de tolérance et de don», priant pour son âme de reposer en paix et pour réconforter tous ceux qui l’aimaient.
Procession triomphale des martyrs
Le Pape Tawadros II, qui s’était envolé pour l’Allemagne ce matin pour participer à une conférence internationale sur les chrétiens au Moyen-Orient, a publié une déclaration ouverte avec le verset de la Bible, Apocalypse 12:11, “Et ils l’ont vaincu avec le sang de l’Agneau, et par la parole de leur témoignage, ils n’ont pas préféré leur vie à la mort “. La déclaration a poursuivi en disant que le père Samaan, qui a été martyrisé tout en accomplissant fidèlement ses devoirs pastoraux, est maintenant dans le Ciel de la joie.
“Malgré la douleur profonde que son départ nous provoque”, dit le communiqué, “nous sommes réconforté par son adhésion à la procession triomphale des autres martyrs, enfants de notre Église, qui, au cours des âges et jusqu’à nos jours, ont donné leur vie pour leur foi “.
Les funérailles du père Samaan ont eu lieu à l’église épiscopale de Béni Soueif. Anba Raphaël, secrétaire général du Saint-Synode copte orthodoxe, présida l’office. Trois autres évêques ont participé: Anba Stephanos; Anba Ghabrial; et Anba Aghathon de Maghagha et al-Edwa. Un grand nombre de membres du clergé y ont assisté, ainsi que des milliers de la congrégation copte.
Les sentiments débordaient de douleur et de colère.
Quand il a finalement réussi à calmer la congrégation, il a donné un sermon axé sur «un certain nombre de messages que nous voudrions envoyer, “a-t-il dit. Trois messages Le premier, a-t-il indiqué, nous l’adressons au Seigneur Jésus-Christ: “Qui nous séparera de l’amour du Christ? La tribulation ou la détresse, ou la persécution, ou la famine, ou la nudité, ou le danger, ou l’épée. Pour vous, nous sommes tués toute la journée “(Rom 8: 36-39). Il a dit que la persécution et le terrorisme ne doivent pas ébranler notre foi ou notre amour pour le Christ. Le deuxième message, Anba Raphaël a détaillé, était au père Samaan. Encore une fois, l’évêque a cité la Bible: «Quand il a ouvert le cinquième sceau, j’ai vu sous l’autel les âmes de ceux qui avaient été massacrés pour la parole de Dieu et pour le témoignage qu’ils soutenaient» (Ap 6,9). “Nous disons au père Samaan:” Béni es-tu! Tu avais l’habitude de te tenir devant l’autel, maintenant ton âme est sous l’autel avec ceux qui ont été massacrés pour la Parole “. Le troisième message s’adressait à ceux qui aimaient le père Samaan et souffrent de son assassinat: Anba Stephanos, La famille et les amis du père Samaan, ainsi que tous les coptes du monde entier. “S’il vous plaît, ne donnez pas à Satan une chance de secouer notre amour ou notre foi. Nous devons rester fermes et réaliser que nous marchons sur un chemin plein de périls jusqu’à ce que nous atteignions le Royaume des Cieux. Le père Samaan et tous les martyrs sont passés par là devant nous, et nous aussi, nous pourrions marcher sur le même chemin. Mais nous sommes prêts et disposés, parce que c’est pour cela que notre foi chrétienne et notre vocation cléricale nous préparent.”… Le quatrième message était destiné aux autorités de sécurité, le dernier message d’Anba Raphaël était adressé aux autorités de sécurité en Egypte. “Depuis 1972”, a-t-il dit, “les actes terroristes et les attaques contre les coptes n’ont cessé de s’intensifier. Même si, à l’évidence, les mesures de sécurité ne suffisent pas à endiguer la vague de crimes contre les coptes, ces mesures de sécurité ont été gravement viciées. Les criminels sont rarement attrapés; quand certains sont attrapés, ils ne sont souvent pas traduits en justice. C’est pratiquement une carte blanche pour quiconque veut commettre des crimes contre les coptes, puisqu’ils peuvent être sûrs qu’il n’y aurait pas de représailles. “Mais nos vies ne sont pas bon marché,” a-t-il lancé, “et les crimes contre nous ne resteront pas sans réponse. S’il n’y a pas de justice sur la terre, le ciel exigera justice. “Il a lancé un avertissement fort:” Prenez garde à la justice du ciel. Nous élevons notre cas au Christ. “

(Visited 30 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires