800ème anniversaire de la rencontre de Saint François d’Assise avec le Sultan d’Egypte

12-10-2017 04:32 PM


L’année 2019 marquera 800 ans de la rencontre historique entre Saint François d’Assise et le sultan d’Égypte, al-Kamel Mohamad al-Ayyoubi, au milieu du conflit de la cinquième croisade du XIIIe siècle.
De grandes célébrations se tiendraient au Caire pour honorer cette occasion. Elles ont commencé le 2 octobre 2017 et dureront tout au long d’un an et demi, jusqu’en 2019. La célébration est destinée à mettre en lumière les figures les plus marquantes du dialogue entre musulmans et chrétiens au fil du temps, Saint François étant le symbole épique de ce dialogue.
La célébration a démarré le 2 octobre dans la salle du Nil du Centre catholique du cinéma de l’église Saint-Joseph du Caire. Un séminaire sera organisé conjointement par les moines franciscains du Caire et l’Université du Caire, avec une conférence de Mohamad al-Khachd, président de l’Université du Caire, et une autre par le cardinal franciscain Leonardo Sandri, représentant du Vatican pour les Eglises orientales de l’ordre franciscain à Rome.
Une autre célébration est prévue pour mars 2018 à la mosquée Amr Ibn al-As à Damiette. C’est la ville où a eu lieu la rencontre de saint François et du sultan al-Kamel. Cette célébration inclura des invités de l’extérieur de l’Egypte. On y a filmé un documentaire, en collaboration avec le ministère des Antiquités.
Des livres qui détaillent la rencontre et le dialogue qui ont eu lieu entre Saint François et le sultan al-Kamel seront traduits également en arabe, pour diffuser le message de la paix parmi les locuteurs et lecteurs de langue arabe.
Les participants au récent événement du Caire étaient Anba Ibrahim Ishaq, patriarche de l’Église catholique copte; le nouvel ambassadeur d’Italie en Egypte, Giampaolo Cantini; le Nonce apostolique en Egypte Mgr Bruno Mozaro; L’évêque catholique copte Youhanna Qolta; l’Evêque catholique du rite latin en Egypte, Adel Zaki; le Père Ibrahim Faltas de la Custodie de Terre Sainte; Anba Antonios Aziz évêque de l’est de Guizeh; et Anba Makary évêque du sud de Choubra en tant que représentant de l’Église copte orthodoxe. Parmi les assistants, il y avait aussi le général Mohamad Ayman, vice-gouverneur du Caire; Mohamad Ahmed Abdel-Latif assistant du ministre des Antiquités; un certain nombre de députés; Dr Lo’ai Mahmoud, chef de l’Institut d’études coptes à Abbassiya; ainsi qu’un certain nombre de moines franciscains.
Dans son discours, le nouvel ambassadeur d’Italie a exprimé son bonheur que son mandat au Caire coïncide avec cet événement remarquable. “Je suis venu en Égypte en suivant les traces de Saint François; transmettant un message de paix “, a-t-il noté, ajoutant qu’une telle célébration” met sur nos épaules la responsabilité d’appeler à la paix comme l’a fait le Pape François qui a adopté le nom de Saint François lors de sa visite en Egypte en avril dernier 2017. ”
Dr Abdel-Latif a décrit l’Egypte comme la terre des religions célestes, la terre qui a accueilli Moïse dans son enfance et a été bénie avec le refuge de la Sainte Famille.
Les discours ont été suivis par un certain nombre d’hymnes dans différentes langues par le chœur de Saint Joseph. Ensuite, a été présenté un documentaire de 30 minutes sur l’histoire de l’Ordre franciscain en Egypte.
La célébration s’est terminée avec l’hymne national et la remise des écussons d’honneur aux invités. Le patriarche Ibrahim Ishaq a consacré une icône peinte par Nabil Youssef Boushra, de Saint François parlant au sultan al-Kamel.
Saint François d’Assise (1181-1226) était un homme de paix. Il était le fils privilégié d’un riche marchand italien, mais abandonna ses possessions et adopta une vie de paix, de pauvreté, de compassion et de non-violence.
Dans un moment de conversion, en priant à genoux devant un crucifix en 1205, Jésus lui parla de l’image sur la croix: «François! Va, répare ma maison qui tombe complètement en ruine. “François a vu cela comme une demande de transformer toute l’Eglise chrétienne. Il renaissait en tant que pacificateur et était convaincu que Dieu voulait qu’il apporte au monde un message de paix.
Il a adopté les vœux de salutation “Que le Seigneur vous donne la paix” et s’est constamment opposé à la guerre, l’arrogance et la culture violente de son époque.
En 1217, des armées de toute l’Europe se sont réunies pour la cinquième croisade et se sont dirigées vers l’Egypte. Les armées musulmanes et chrétiennes ont campé à travers le Nil. La guerre a fait rage durant plus de deux ans et des milliers de personnes ont été tuées des deux côtés.
Le Sultan al-Kamel, souverain d’Égypte et neveu du grand guerrier Saladin, a tenté à plusieurs reprises de négocier la paix en rendant Jérusalem aux croisés, mais l’offre a été rejetée à chaque fois.
En Italie, François a rassemblé sa communauté de frères. Il a entendu parler de la terrible guerre et, désireux d’être un pacificateur au nom du Christ, il a pris quelques frères avec lui en Juin 1219 et a navigué vers la zone de guerre. En atteignant les rives du Nil, François était profondément attristé de voir l’horrible vue des victimes de la guerre des deux côtés. Il se retira dans de profondes prières et contemplations et commença à prêcher vigoureusement contre la guerre, mais personne ne l’écouta. Finalement, François décida qu’il agirait, et lui et son frère Illuminato s’aventureraient à rencontrer les musulmans dans leur propre camp. François comprenait les risques; la mort ou l’emprisonnement étaient les résultats probables de son plan de franchir les lignes ennemies en temps de guerre. Mais cela ne l’a pas dissuadé. A Damiette, au plus fort de la guerre de la Croisade, François et un de ses compagnons traversèrent la terre entre les deux armées opposées, du camp chrétien au camp du Sultan. Il a passé des jours-là à rencontrer et à discuter avec le Sultan et sa cour. Le sultan al-Kamel Mohamad al-Ayyoubi était enclin à un soufisme islamique modéré, alors quand un moine entra en parlant de paix, d’amour, de fin de guerre, de coexistence et de rapprochement, il écouta attentivement. Cette rencontre remarquable et l’engagement pour la paix des deux personnes impliquées ont changé la relation entre les musulmans et les chrétiens pour le mieux. Et même si la guerre ne s’est pas terminée, les mots de François ont trouvé des oreilles sympathisantes. La visite de saint François en Egypte et sa tentative de rapprochement avec le monde musulman ont eu des conséquences profondes, bien au-delà de sa propre mort. Après la chute du Royaume de Jérusalem, ce sont les Franciscains de tous les catholiques qui, au début du XIVe siècle, resteront en Terre-Sainte et seront plus tard reconnus comme Custodies de la Terre-Sainte, au nom de l’Église catholique.

(Visited 37 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires