Al-Sissi au grand rendez-vous diplomatique

22-09-2017 08:23 AM


Al-Sissi au grand rendez-vous diplomatique

Une centaine de chefs d’Etat et de gouvernement se sont rendus cette semaine à New York pour l’Assemblée générale des Nations unies. La grand-messe diplomatique était dominée cette année par les tensions avec la Corée du Nord, la Syrie et l’épée de Damoclès planant sur l’accord nucléaire iranien. Ce rendez-vous annuel, au cours duquel la réforme de la « machine onusienne » a également été abordée, était une première pour le président américain Donald Trump, son homologue français Emmanuel Macron et le Secrétaire général de l’organisation Antonio Guterres qui ont tous les trois pris leurs fonctions cette année.
Le président Abdel-Fattah al-Sissi a prononcé le discours de l’Egypte devant l’Assemblée générale au cours duquel il a déclaré qu’il était temps de confronter efficacement les parties qui soutiennent le terrorisme et de les pousser à assumer leurs responsabilités.
Al-Sissi a demandé à ces pays de montrer leur grande volonté à l’égard des intérêts des pays arabes et de suivre une approche de non interférence dans leurs affaires internes.
Al-Sissi a exposé les développements égyptiens et a déclaré que son pays a lutté contre le terrorisme et l’extrémisme au cours des dernières années. Al-Sissi a ajouté que la communauté internationale doit adopter une approche globale pour faire face aux groupes terroristes et s’occuper de leur financement, leur armement et de limiter leur capacité à recruter des combattants.
En ce qui concerne la situation régionale, al-Sissi a affirmé qu’il était important de ne pas diviser les pays au Moyen-Orient car cela entraînerait plus de conflits.
Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a souligné que chaque fois que l’Assemblée générale se réunit, les espoirs des peuples sont d’obtenir leur juste droit à la paix, au développement et à la vie décente dans un système international équitable capable de faire face aux défis imposés par la nature tels que le changement climatique, les catastrophes naturelles et les catastrophes humaines telles que la guerre, le terrorisme et les inégalités dans la répartition des ressources et des opportunités de croissance.
Le président al-Sissi a déclaré que l’expérience arabe et africaine résume la crise mondiale et les objectifs pour lesquels les Nations unies ont été créées. Il a souligné que les pays arabes sont la région la plus vulnérable au terrorisme.
Al-Sissi a indiqué dans son discours que l’Afrique est au cœur de la politique étrangère de l’Egypte, soulignant que l’Egypte tire son histoire et son identité de l’Afrique.
Le président Abdel-Fattah al-Sissi a signalé que 1 réfugié sur 3 dans le monde provient des pays arabes. Il a souligné que l’Egypte est au bord des foyers terroristes les plus dangereux au monde et adopte des réformes radicales et courageuses.
Al-Sissi a affirmé qu’il n’y a pas de possibilité pour les pays en développement, quelle que soit la véritable intention de réaliser une croissance économique, sans traitement drastique des déséquilibres dans la situation économique mondiale, d’engagement du monde dans le développement de la structure de la gouvernance économique mondiale et la facilitation de la sensibilisation au financement dans des conditions favorables.
Le président a assuré que le respect des principes du droit international et le respect de la souveraineté étatique et la non-ingérence dans leurs affaires est la seule façon de régler les différends entre les Etats, ajoutant qu’il ne peut être concevable, après plus de sept décennies de la création de l’Organisation des Nations unies, que la réalisation des intérêts soit sa caractéristique de base.
Le président Abdel-Fattah al-Sissi a indiqué qu’il n’y avait pas de solution à la crise en Libye, sauf par un règlement politique pour faire face aux tentatives de rupture du pays et de le transformer en un foyer de conflits tribaux et une scène d’opérations terroristes et de trafic d’armes et d’êtres humains.
Le président al-Sissi a noté que l’Égypte ne permettrait pas de continuer à manœuvrer le sort du peuple libyen ou l’unité libyenne, ajoutant que l’Egypte continuerait à relancer le processus de règlement dans ce pays frère et ce, à travers des rencontres des Libyens au Caire.
Il a ajouté: «Il est nécessaire de sortir de la situation d’obstruction politique et de trouver une solution pacifique, et d’appliquer la même chose à la situation en Irak et au Yémen, en vue de créer un Etat national moderne, capable et juste, ce qui est la seule solution».
Il a dit que l’Egypte était un des pays les plus intéressés par le lancement de l’initiative du bassin du Nil et a cherché à parvenir à l’accord tripartite entre l’Egypte, le Soudan et l’Ethiopie pour aborder la question du barrage de la renaissance et la coopération conformément aux principes universels du droit international qui régit les relations entre les pays du bassin du Nil, en soulignant que ces solutions sont la seule façon dont le commanditaire pour vivre en paix parmi les nations,
Al-Sissi a exposé les efforts déployés par l’Égypte pour relancer le processus de paix et a déclaré que l’Égypte soutient toutes les initiatives internationales visant à parvenir à un règlement équitable selon les références internationales.
Il a ajouté que dans la phase passée, l’Egypte a parlé avec les Palestiniens en Cisjordanie et à Gaza pour réduire l’écart et parvenir à une réconciliation afin que l’Autorité palestinienne puisse retourner à Gaza.
Le président égyptien a déclaré que l’instauration de la paix israélo-palestinienne ne peut être imposée par des parties étrangères, car elle doit être fondée sur la volonté des deux parties.
Il a appelé les peuples palestinien et israélien à s’unir et soutenir leurs dirigeants pour réaliser la paix, suivant l’expérience de la paix qui a prévalu entre l’Egypte et Israël pendant 40 ans.
Le président égyptien a en outre rencontré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à New York, à l’occasion des travaux de l’Assemblée générale annuelle de l’ONU.

La rencontre était destinée à discuter du processus de paix israélo-palestinien. Le président al-Sissi a souligné l’importance de “relancer les négociations entre Palestiniens et Israéliens en vue de parvenir à un règlement global”.

Les deux dirigeants ont discuté “des moyens de reprendre les négociations de paix en vue de parvenir à une solution juste et globale de la question palestinienne”.
Lundi, al-Sissi a rencontré un groupe de dirigeants juifs américains à New York à qui il a exprimé son optimisme concernant les efforts de l’administration Trump pour relancer un processus de paix israélo-palestinien.
Le leader égyptien a également rencontré lundi le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, à New York.

(Visited 49 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires