14-07-2017 10:17 PM


Lorsqu’il a invité le président américain Donald Trump à venir participer vendredi au défilé du jour férié du 14 juillet, le président français Emmanuel Macron souhaitait à la fois lui “tendre la main”, le “ramener dans le cercle” et “faire en sorte” qu’il ne soit “pas isolé”. Ce n’est pas Donald Trump qui a vocation à être mis en avant, ce sont les Etats-Unis d’Amérique qui il y a cent ans, un siècle, sont venus libérer la France.
L’invitation du président américain et de troupes américaines au traditionnel défilé militaire sur les Champs-Elysées repose sur la raison officielle suivante : la commémoration du centenaire de l’entrée des Etats-Unis dans la Grande Guerre. L’invitation date du 25 mai, dans le cadre du sommet de l’OTAN à Bruxelles. Restée sans réponse, elle a été renouvelée par le chef d’Etat français le 27 juin par téléphone.
Au fil des années, le 14 juillet a connu bien des péripéties, mais aussi des évolutions qui l’ont transformée en fête générale voire globale, associant tous les Français dans des célébrations plus festives et populaires. En 1886, une femme, cantinière du 131e régiment d’infanterie, défile pour la première fois. En 1915, le défilé militaire se déplace du Champs-de-Mars aux Champs-Elysées et en 1919, le “défilé de la victoire” réunit sur place l’ensemble des forces des pays alliés.
En 1936, les syndicats se joignent, à leur façon, à la fête. Après le défilé militaire, un million de personne défilent à l’appel des organisations syndicales. De 1939 à 1945, dans le Paris occupé, la journée n’est pas célébrée. Le 14 juillet 1940, à Londres, le général de Gaulle réitère ses appels à la résistance. Mais en juillet 1945, on célèbre la Libération partout en France. Tous les ans depuis, le 14 juillet est l’occasion de tirer des feux d’artifices et d’organiser des bals populaires… Dans toute la France, des événements sont organisés le 14 juillet ou bien la veille au soir.
Historique
Le 14 juillet 1789 est dans tous les esprits quand on évoque la Fête nationale. Cet été là, une grande agitation règne à Paris. Face au mécontentement populaire, le roi a réuni les Etats généraux, une assemblée des représentants de la noblesse, du clergé et du tiers-état. Ces derniers demandent une réforme profonde des institutions et, le 9 juillet, se proclament Assemblée nationale constituante. L’initiative inquiète le roi qui fait venir en secret des régiments suisses et allemands à proximité de Versailles. La rumeur court bientôt que les troupes royales se préparent à entrer dans Paris pour arrêter les députés. Le 12 juillet, un orateur harangue la foule qu’il appelle à réagir : c’est Camille Desmoulins, monté sur un tonneau, qui annonce une “Saint Barthélemy des patriotes”.
Au matin du 14 juillet, des Parisiens en colère vont chercher des armes aux Invalides, puis se dirigent vers la vieille forteresse royale de la Bastille, en quête de poudre. Après une journée de fusillade sanglante, et grâce au ralliement de gardes nationaux, les Parisiens s’en emparent et entament sa démolition. Au final, ils ne libèrent que quelques prisonniers et malfrats sans envergure. Mais cette vieille prison médiévale incarne l’arbitraire de l’Ancien régime. En l’abattant, les Parisiens font tomber un rempart de l’absolutisme. Et cette journée, qui marque le début de la Révolution, restera dans les mémoires comme un jour de liberté.
Mais surprise : la fête nationale ne commémore pas directement le 14 juillet 1789, même si cette première journée révolutionnaire a une portée symbolique. Le 14 juillet fait officiellement référence à un autre événement, moins connu, bien qu’appris par tous les élèves français dès leur plus jeune âge : la fête de la Fédération, organisée un an plus tard, le 14 juillet 1790…
14 juillet 1790
Après l’été 1789, partout dans les provinces françaises, se sont créées des “fédérations” régionales de gardes nationaux. Une réaction à l’affaiblissement du pouvoir central. Afin de contrôler ce mouvement spontané, la Commune de Paris, sous l’impulsion de Lafayette, décide de fonder une grande Fédération nationale regroupant des représentants des fédérations locales et de les réunir à Paris le 14 juillet. La cérémonie est censée célébrer la prise de la Bastille, un an après cette date symbolique, mais aussi apporter un semblant d’ordre et d’unité dans un pays en crise.
Le jour dit, 14 000 soldats fédérés arrivent donc à Paris et défilent sous la bannière de leur département, de la Bastille jusqu’au Champ-de-Mars. Sur une esplanade aménagée pour l’occasion, une grande messe est célébrée, à la suite de quoi le roi Louis XVI jure de maintenir “la Constitution décidée par l’Assemblée nationale”. Les 400 000 Parisiens présents ce jour-là acclament leur souverain : la monarchie n’est donc pas remise en cause. L’aspiration à l’union nationale triomphe et la cérémonie se transforme en grande fête populaire. Mais la réconciliation nationale sera de courte durée. Deux ans plus tard, le roi est arrêté et condamné à mort.
14 juillet : fête nationale de la France
Pendant près d’un siècle, la commémoration du 14 juillet est abandonnée. Elle réapparaît en 1880, sous la IIIe République. Le régime, pour se consolider, cherche à construire un nouvel imaginaire national, autour de symboles républicains. C’est ainsi que la Marseillaise devient hymne officiel et le 14 juillet fête nationale. Mais la proposition, qui émane du député de la Seine Benjamin Raspail, n’est pas accueillie unanimement par l’Assemblée. Certains députés mettent en cause la violence du 14 juillet 1789. Et c’est finalement autour du 14 juillet 1790 que se fait le consensus !
Cette année là, on inaugure également le monument surmonté de la statue de la place de la République, et partout sont donnés concerts et feux d’artifices. “La colonne de Juillet” qui surplombe la place de la Bastille, elle, ne se réfère pas au 14 juillet 1789. Elle porte le nom des victimes des journées révolutionnaire de juillet 1830, les “Trois glorieuses”.
14 juillet férié
Un décret du 6 juillet 1880 instaure un défilé militaire que l’on connaît encore aujourd’hui. Cet événement doit alors effacer le souvenir de la défaite militaire subie pendant la guerre de 1870, la perte de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine au profit de l’Empire allemand, et fortifier la République qui n’a pas encore dix ans. La première édition du défilé militaire a lieu à l’hippodrome de Longchamp, où il restera jusqu’en 1914. Le défilé du 14 juillet va ensuite perdurer et devenir un incontournable de la fête nationale.
Mais la loi de 1880 installe aussi le 14 juillet comme jour férié. L’idée est alors de donner une journée non travaillée aux Français pour participer aux commémorations, mais aussi écouter leur président. Dès le 14 juillet 1880, à 12h30, les canons du Mont-Valérien tonnent au-dessus de la Seine avant de se taire pour un discours du président de la République, Jules Grévy. Le Petit journal s’extasie devant un “magnifique spectacle […] que le soleil de juillet illuminait de ses plus radieuses clartés”, évoquant “un vivant symbole d’union entre ces deux forces trop longtemps séparées, l’armée et la nation”. Le journal populaire continue : “A l’émotion profonde, indicible, qui a tenu pendant vingt minutes, cent milles poitrines haletantes, on peut affirmer que pour cette foule qui se pressait autour des régiments massés, la remise des drapeaux revêtait sa signification vraie : la reconstitution de la France, la reconstitution de son armée nationale, s’affirmant enfin à la face du pays”.

(Visited 17 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires