Le premier ministre Philippe en tête d’un gouvernement rassembleur de compétences 

16-05-2017 10:21 PM


 

Son nom circulait avec insistance depuis plusieurs jours pour occuper la fonction de premier ministre. Edouard Philippe, 46 ans, maire (Les Républicains, LR) du Havre, a été nommé, lundi 15 mai, à Matignon par Emmanuel Macron (En marche !).

Invité le soir même au journal télévisé de TF1, le nouveau premier ministre a justifié sa présence à Matignon. « On se sent parfois de gauche, parfois de droite. La valeur cardinale de la vie en société c’est la liberté pas seulement économique, mais de pensée, la liberté d’expression. »
M. Philippe a expliqué être « en train de constituer un gouvernement, un gouvernement rassembleur de compétences », qu’il proposera à Emmanuel Macron. Le nouveau président de la République a compris « très tôt qu’il fallait qu’il poursuive le mouvement audacieux et qu’il fallait qu’il s’inscrive non pas dans une logique d’ouverture mais dans une logique de recomposition de la vie politique », a-t-il avancé. Evasif quant à la composition de ce gouvernement, dont l’annonce est prévue demain, il ajoute : « La première question qu’on se pose : est-ce qu’on va être capable de donner à la France une majorité de progrès ? »
Interrogé sur une éventuelle hésitation avant d’accepter le poste, Edouard Philippe a répondu : « Je ne sais pas si c’est un enfer mais je veux bien croire que la tâche est considérable. On est à la fois honoré de cette proposition et on y réfléchit bien ». Il a également défendu le projet de réformer le code du travail dès l’été par ordonnance, comme l’a proposé Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle :

Nous avons un droit du travail très lourd en France, il ne protège pas beaucoup les salariés. Il y a un grand nombre de chômeurs, il faut donc
 faire quelque chose, on ne peut pas ne rien faire. 
 
Ce petit-fils de docker, diplômé de Sciences Po et énarque (promotion Marc-Bloch), a commencé à militer au Parti socialiste (PS), tendance Rocard, durant ses années d’études avant de se rapprocher de la droite. Il y a d’ailleurs côtoyé à cette époque, dans les rangs des jeunes rocardiens, un certain Alexis Kohler, aujourd’hui secrétaire général de l’Elysée.
En 2001, il rejoint l’équipe municipale du maire du Havre, Antoine Rufenacht, qui lui passera le témoin en 2010. Mais c’est dans l’ombre d’Alain Juppé, qui l’a fait venir comme directeur général lorsqu’il prend la présidence de l’UMP à sa création, en 2002, qu’il va prospérer. De là date une fidélité à tous crins. Il était un des piliers de l’équipe de campagne du maire de Bordeaux à la primaire de la droite.
La nomination d’Edouard Philippe au poste de premier ministre prolonge l’opération de renouvellement voulue et incarnée par Emmanuel Macron. Peu connu du grand public, il apparaît comme un visage nouveau.
Surtout, elle s’inscrit dans une stratégie qui vise à faire exploser la droite. Depuis son élection, M. Macron n’a cessé d’adresser des messages et de nouer directement le dialogue avec une partie de la droite, avec un traitement particulier pour les juppéistes.
Dans le sillage du nouveau premier ministre, le président de la République espère attirer des responsables LR de premier plan, dont certains vont intégrer le gouvernement. Dans la foulée, ce mouvement d’une partie de la droite pourrait s’élargir aux investitures pour les élections législatives, volontairement laissées ouvertes après une première liste de 428 candidats, qui devrait être complétée mercredi, le dépôt des candidatures étant clos vendredi à 18 heures.
Le choix d’Edouard Philippe marque la volonté d’élargissement et de rééquilibrage de la majorité présidentielle. C’est aux élections législatives des 11 et 18 juin que l’on pourra mesurer les premiers effets de cette opération, alors que les dirigeants de LR, pour leur part, s’accrochent toujours à l’espoir d’une revanche dans les urnes pour imposer à Emmanuel Macron une cohabitation.
 
(Visited 11 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires