Vastes aspirations du président élu Emmanuel Macron

11-05-2017 09:17 PM


 
L’investiture d’Emmanuel Macron, 8ème président et le plus jeune dirigeant de la Vème République française, a lieu ce dimanche à l’Elysée. Il s’agissait d’une élection qualifiée d’”ultime bataille” ou de point de départ “d’un nouveau combat”.
Avec l’élection d’Emmanuel Macron, seule “la moitié du chemin” a été parcourue. La bataille des législatives dans six semaines s’annonce, en effet, comme le troisième tour de la présidentielle.
Diplômé de l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris et de l’Ecole nationale d’administration (promotion 2004, « Léopold Sédar Senghor »), Emmanuel Macron a commencé sa carrière dans l’administration publique comme inspecteur adjoint des finances. En 2008, il devint le rapporteur adjoint de la commission Jacques Attali, installée par le président Nicolas Sarkozy pour relancer la croissance économique du pays.
Juste après la commission Attali, il se mit en disponibilité de la fonction publique et rejoignit la banque Rothschild, où il fut rapidement promu associé-gérant. En 2012, il a conclu un deal à 9 milliards d’euros entre Nestlé et Pfizer qui restera dans les annales de la banque. Le surnom de « banquier-de-chez-Rothschild » lui collera à la peau.
En 2012, Emmanuel Macron a réintégré la fonction publique et fut nommé secrétaire général adjoint de l’Elysée. Il fut notamment l’un des artisans du crédit d’impôt pour la compétitivité (CICE). Le 26 août 2014, il fut nommé ministre de l’Economie dans le gouvernement Valls II en remplacement d’Arnaud Montebourg. Son passage à Bercy fut surtout marqué par le projet de loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques, plus connue sous le nom de « loi Macron », adoptée au moyen de l’article 49.3 de la Constitution.
Le 6 avril 2016, alors qu’il était encore ministre de l’Economie, Emmanuel Macron lança le mouvement En marche ! Le 12 juillet 2016, il tint son premier grand meeting à la Mutualité durant lequel il affirma vouloir porter son mouvement « jusqu’à 2017 et jusqu’à la victoire ». Il démissionna du gouvernement le 30 août et déclara officiellement sa candidature à la présidence de la République le 16 novembre.
Il n’y avait pas que des électeurs de la première heure, dimanche 7 mai, devant le Louvre à Paris, venus écouter Emmanuel Macron, fraîchement élu président de la République. Mais tous avaient le sentiment de vivre un moment unique.
Seul sur scène, Emmanuel Macron s’est en effet adressé avec gravité aux Français, se fixant comme objectif de rassembler, mais aussi et surtout de répondre aux difficultés rencontrées par les électeurs du Front national.
“Ils ont exprimé aujourd’hui une colère, un désarroi, parfois des convictions. Je les respecte. Mais je ferai tout durant les cinq années qui viennent pour qu’ils n’aient plus aucune raison de voter pour les extrêmes”, a-t-il lancé. Avant de conclure : “Je vous servirai au nom de notre devise : liberté, égalité, fraternité. Je vous servirai avec amour.”

Les dirigeants du monde entier, parmi lesquels les responsables européens et le président américain Donald Trump, ont salué l’élection d’Emmanuel Macron.

À cette occasion, le président Abdel Fattah al-Sissi a souligné la profondeur et la force des relations égypto-françaises et a exprimé son intérêt à travailler avec son homologue français dans la promotion et le développement de la coopération bilatérale entre les deux pays dans divers domaines.
Le président égyptien a également félicité les citoyens français pour la réussite des élections présidentielles françaises, exprimant les meilleurs vœux pour le président et le peuple de la République française.
Les responsables européens ont été parmi les premiers à réagir, voyant dans l’élection du centriste “une victoire” pour l’Europe.
Les Français ont fait le choix d’un “avenir européen”, s’est ainsi félicité le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.
La victoire d’Emmanuel Macron est “une victoire pour une Europe forte et unie et pour l’amitié franco-allemande”, a pour sa part déclaré Steffen Seibert le porte-parole de la chancelière Angela Merkel qui s’est ensuite entretenue avec Emmanuel Macron. Sur Twitter, le président américain Donald Trump a félicité le nouveau président français pour “sa large victoire”. “Je suis impatient de travailler avec lui !”, a-t-il ajouté.
(Visited 25 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires