Un gouvernement d’unité nationale en Irak

15-12-2011 09:06 AM


Les députés du Parlement irakien ont approuvé la composition du gouvernement d’unité nationale présenté par le Premier ministre Nouri al-Maliki, mettant ainsi un terme à neuf mois d’intenses tractations politiques depuis les législatives du 7 mars. Les législateurs ont également adopté son programme gouvernemental en 43 points, qui prévoit, entre autres, le passage d’une économie centralisée à une économie de marché. Le gouvernement d’Al-Maliki, qui dirige un parti chiite, a obtenu l’appui des Kurdes et du parti Irakia de l’ex-Premier ministre Iyad Allaoui, qui est essentiellement soutenu par les sunnites. Maliki a reconnu que l’annonce de mardi était le résultat de difficiles compromis entre les différentes forces politiques du pays.   Reconstruction et stabilité  Iyad Allaoui, qui a longtemps espéré devenir chef du gouvernement, a proposé de “tourner la page” sur des mois de tractations acrimonieuses. “Nous espérons que le gouvernement, né dans la douleur, réussira pour le bien de la population et nous lui apportons notre plein soutien”, a-t-il déclaré. Le Parlement a formellement approuvé le choix d’Al-Maliki à titre de Premier ministre, puis trois vice-Premiers ministres et 29 ministres. Le cabinet ne comprend qu’une seule femme, nommée secrétaire d’État sans portefeuille. 9 portefeuilles, dont ceux de l’Intérieur et de la Défense, n’ont toujours pas été accordés. La députée kurde Ala Talabani s’en est vertement prise au Premier ministre en raison de l’absence quasi totale de femmes au Cabinet.   Dans ces conditions, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a salué l’annonce d’un nouveau gouvernement en Irak, dont la composition a été approuvée par le Conseil des représentants, et a félicité Nouri Al-Maliki pour sa confirmation au poste de Premier ministre. Le Secrétaire général félicite également les dirigeants politiques de l’Irak pour leurs efforts concertés destinés à s’assurer que le nouveau gouvernement soit ouvert à tous, ait une large participation et le soutien de la population de l’Irak. Il les appelle à continuer de travailler dans un esprit d’unité nationale pour conclure rapidement le processus de formation du gouvernement, et de répondre aux principaux défis auxquels est confronté le pays, y compris la réconciliation nationale, la reconstruction et la stabilité à long terme.   Priorités du gouvernement  Le Premier ministre irakien Nouri Al-Maliki a fixé comme priorités à son nouveau gouvernement la sécurité, un an avant le départ des dernières troupes américaines, et l’approvisionnement en électricité d’une population exaspérée par les coupures. “Il a réuni ses ministres pour leur indiquer que les trois objectifs prioritaires sont la sécurité, les services publics -surtout l’électricité- et les relations avec les voisins”, a indiqué mercredi Ali Moussawi, proche conseiller du chef du gouvernement. Pour Al-Maliki, qui assure l’intérim des ministères de la Défense, de l’Intérieur et de la Sécurité nationale, les forces irakiennes doivent être capables d’assurer la sécurité lorsque les 50.000 derniers soldats américains auront quitté le territoire. Le Premier ministre, qui ne souhaite pas une prolongation de la présence américaine, peut se targuer d’avoir divisé par sept le nombre des morts depuis son arrivée au pouvoir en 2006 même si cette année 3.500 personnes ont été tuées dans des actes de violences. Ce gouvernement de compromis compte 45 ministères et secrétariats d’Etat, dont dix n’ont pas encore été pourvus. L’Alliance Nationale (chiite) s’octroie la part du lion avec le poste de Premier ministre, un de vice-Premier ministre et 17 portefeuilles, dont celui du Pétrole. Parmi les 35 ministres nommés figurent 20 chiites, 10 sunnites, 4 kurdes et un chrétien  Le monde félicite Al-Maliki Le président des Etats-Unis Barack Obama a félicité mardi les Irakiens après la formation d’un gouvernement d’unité nationale, affirmant qu’il s’agissait d’un “moment important de l’histoire” de leur pays. Le vote de confiance du Parlement irakien au gouvernement “constitue un moment important de l’histoire de l’Irak et un grand pas en avant pour faire progresser l’unité nationale”, a assuré Obama dans un communiqué. Obama et le vice-président américain Joe Biden ont tous deux appelé Al-Maliki pour lui présenter personnellement leurs félicitations, a indiqué la Maison Blanche. L’investiture de ce gouvernement, plus de neuf mois après les élections, montre qu'”une fois de plus, les Irakiens et leurs représentants ont montré leur engagement à oeuvrer au sein du processus démocratique pour dépasser leurs désaccords et définir l’avenir de l’Irak”, a estimé Obama, en promettant de continuer à “renforcer notre partenariat” avec le pays. “Il reste beaucoup de difficultés à venir, mais je suis convaincu que l’Irak sera à la hauteur” de la tâche, a-t-il ajouté.  Le Premier ministre français François Fillon a félicité dans une lettre son homologue irakien Nouri Al-Maliki et lui a transmis “ses voeux de succès” après le vote de confiance accordé par le Parlement au nouveau gouvernement. “Je me réjouis de cette nouvelle étape dans le renforcement de l’unité, de la stabilité et de la démocratie de votre pays et rends hommage au sens de la responsabilité et de l’interêt national que vous-même et l’ensemble des dirigeants avez manifesté”, affirme-t-il dans sa lettre remise par le chargé d’affaires français à Bagdad Issa Maraut. “La France se tient à vos côtés pour accompagner la poursuite des efforts remarquables de reconstruction et de stabilisation que vous avez engagés mais aussi pour aider l’Irak à retrouver sa place sur la scène régionale et internationale”, ajoute-t-il.  La Russie salue la formation du nouveau gouvernement irakien, dont la mise en place contribuera à la stabilité et à la sécurité de la région, a annoncé mercredi, dans un communiqué, le ministère russe des Affaires étrangères. Moscou est persuadé que “le nouveau gouvernement irakien dirigera ses efforts avant tout vers la réalisation d’un consensus national qui constitue la clé de la résolution des problèmes qui se posent aujourd’hui au pays, et qu’il s’efforcera de renforcer la souveraineté, l’unité et l’intégrité territoriale de l’Irak”. 

(Visited 16 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires