Poursuite des conflits en Afrique

15-12-2011 10:12 AM

Abdel Massih Felli



  Des combats ont éclaté récemment dans le secteur de Tonj situé dans la province sudiste de Warrap, a indiqué Paul Dhel Gum, vice directeur des communications à la Commission de secours et de réadaptation du Sud-Soudan (SSRRC). “Il y a eu au moins trente personnes tuées et plus de 15 femmes et enfants qui ont été enlevés. Plusieurs maisons ont été détruites. Nous en dénombrons au moins 45”, a-t-il déclaré. Les combats entre des membres des clans Luach et Awan de l’importante tribu Dinka ont pris fin mardi matin, a ajouté ce responsable gouvernemental. “La situation est maintenant calme”, a-t-il souligné. Une équipe des Nations unies s’est rendue mercredi sur le lieu des violences afin d’évaluer les dégâts, le nombre de victimes et la situation sur le terrain. Le Conseil de sécurité des Nations unies a condamné les affrontements meurtriers au Sud-Soudan. L’attaque menée dimanche par des combattants armés contre une tribu rivale a fait 185 morts, pour la plupart des femmes et des enfants. Dernière d’une série d’affrontements entre tribus rivales dans la région, l’attaque a été menée par des membres de l’ethnie Murle dans un camp de la tribu Lou Nuer près d’Akobo, à la frontière avec l’Ethiopie. Le Conseil de sécurité a apporté son soutien aux efforts des autorités locales, du gouvernement du Sud-Soudan et de la mission de l’ONU “pour enquêter sur les causes des violences, empêcher des représailles et réconcilier les communautés”. L’Accord de paix globale, signé en 2005, a mis fin à 22 années de guerre civile entre le gouvernement de Khartoum et les forces du Sud-Soudan, région aujourd’hui largement autonome. Dans ce contexte, plus de 12000 civils ont dû quitter leurs foyers en République Démocratique du Congo (RDC) pour fuir une nouvelle vague de violence perpétrée par les rebelles de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA). Au cours du mois dernier, les rebelles de la LRA se sont rendu responsables de 55 attaques de villages dans le Nord-Est de ce vaste pays africain. Les attaques ont ciblé des civils dans les régions de Faradje et de Dungu, situées près de la frontière entre le Congo, le Sud-Soudan et l’Ouganda. La région est le théâtre d’activités de la LRA depuis plusieurs mois. En mai et en juin, le groupe rebelle avait déjà mené 57 attaques contre des villages de la région. Au cours de l’année écoulée, les rebelles de la LRA ont tué 1273 personnes et enlevé plus de 2000 personnes dont quasiment un tiers d’enfants. Les personnes déplacées par la violence ont indiqué au HCR que beaucoup de femmes ont été violées par les rebelles et que leurs maisons ont été pillées et brûlées. Selon les estimations des Nations Unies, plus de 226000 personnes ont été déplacées rien que dans le district du Haut-Uele, et 42000 autres dans le Bas-Uele. La situation humanitaire dans cette partie reculée de la RDC reste dramatique. La plupart des personnes déplacées internes sont dans l’impossibilité de rentrer chez elles en raison des attaques en cours. Elles dorment dans des bâtiments publics comme des écoles ou des églises. Certaines ont trouvé abri chez des amis, des parents ou des familles d’accueil prêtes à partager leurs maigres réserves de nourriture. Selon les partenaires locaux du HCR, les réserves de médicaments sont faibles, les hôpitaux manquent des équipements de base et l’eau potable est chroniquement insuffisante. Le mois dernier, à travers ses partenaires, le HCR a distribué des kits d’assistance comprenant des sacs de couchage, des moustiquaires, et des bâches en plastique pour des abris temporaires à 1074 familles ou quelque 5000 individus dans les villes de Duru et Nangwakaza près de la frontière entre la RDC et la République Centrafricaine. Le week end dernier, 800 kits d’assistance ont été distribués à des familles du territoire d’Aru, en Ouganda. Le HCR effectue des missions dans les régions accessibles pour évaluer les besoins des personnes déplacées internes. Certaines régions où ces personnes se sont rassemblées sont cependant seulement accessibles par voie aérienne. Les attaques du LRA en RDC ont également eu des répercussions dans les pays voisins. Depuis le mois de novembre dernier, 16500 personnes sont arrivées au Sud-Soudan en provenance de la Province Orientale, la plupart fuyaient les attaques de la LRA dans le territoire Faradje. Quelque 2000 nouveaux arrivants ont été enregistrés au cours des trois derniers mois. Les réfugiés congolais sont enregistrés par le HCR qui leur apporte une assistance humanitaire. 

(Visited 14 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires