«Liberté religieuse, chemin vers la paix»

15-12-2011 09:06 AM



Thème du message de la 44e Journée Mondiale de la Paix 2011
La liberté religieuse est la « liberté des libertés » : c’est ce que rappellera le message de Benoît XVI pour la 44e Journée Mondiale de la Paix, le 1er janvier 2011, sur le thème « Liberté religieuse, chemin vers la paix ».
Liberté religieuse, chemin vers la paix ». Tel est le thème que le Saint-Père Benoît XVI a choisi pour la célébration de la Journée Mondiale de la Paix 2011. La journée – qui se célèbre chaque année le 1er janvier, depuis 1968 – mettra ainsi l’accent sur le thème de la liberté religieuse. Et ce, alors qu’on enregistre dans le monde différentes formes de limitation ou de négation de la liberté religieuse, de discrimination et de marginalisation basées sur la religion, jusqu’à la persécution et à la violence contre les minorités.
“Il est douloureux en effet de constater que, dans certaines régions du monde, il n’est pas possible de professer et de manifester librement sa religion, sans mettre en danger sa vie et sa liberté personnelle. En d’autres points du monde, il existe des formes plus silencieuses et plus sophistiquées de préjugés et d’opposition à l’encontre des croyants et des symboles religieux. Les chrétiens sont à l’heure actuelle le groupe religieux en butte au plus grand nombre de persécutions à cause de leur foi. Beaucoup subissent des offenses quotidiennes et vivent souvent dans la peur à cause de leur recherche de la vérité, de leur foi en Jésus Christ et de leur appel sincère afin que soit reconnue la liberté religieuse. Tout cela ne peut être accepté, parce que cela constitue une offense à Dieu et à la dignité humaine ; de plus, c’est une menace à la sécurité et à la paix, et cela empêche la réalisation d’un réel développement humain intégral”, pourra-t-on lire dans ce message.



Comme le Saint-Père l’a fait remarquer : « Il n’est donc pas imaginable  que des croyants doivent se priver d’une partie d’eux-mêmes  de leur foi  afin d’être des citoyens actifs. Il ne devrait jamais être nécessaire de nier Dieu pour jouir de ses droits. Il est d’autant plus nécessaire de protéger les droits liés à la religion s’ils sont considérés comme opposés à une idéologie séculière dominante ou à des positions religieuses majoritaires, de nature exclusive » (Discours aux Nations Unies, cit.).


L’homme ne peut pas être fragmenté, séparé de ce qu’il croit, car ce en quoi il croit a un impact sur sa vie et sur sa personne. « Refuser de reconnaître l’apport à la société qui s’enracine dans la dimension religieuse et dans la recherche de l’Absolu  qui par nature exprime une communion entre les personnes  reviendrait à privilégier dans les faits une approche individualiste et, ce faisant, à fragmenter l’unité de la personne » (Discours aux Nations Unies, cit.). C’est pourquoi a-t-on choisi le thème : « Liberté religieuse, chemin vers la paix ».

(Visited 23 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires