Le processus de paix dans l’impasse

15-12-2011 09:05 AM

Abdel Massih Felli-Michael Victor


Le président Hosni Moubarak et son homologue israélien Shimon Peres ont reconnu au Caire des divergences sur la question de Jérusalem, revendiquée comme capitale par l’Etat hébreu et l’Autorité palestinienne. “Jérusalem n’est pas seulement un problème palestinien, c’est une question qui concerne les musulmans à travers le monde. Si l’on ne trouve pas de solution Israël se fera des ennemis chez tous les musulmans du monde”, a déclaré Moubarak lors d’une conférence de presse commune. “J’ai insisté sur ce sujet parce que nous voulons que Jérusalem soit un des dossiers discutés à la table des négociations”, a-t-il ajouté.

Peres a quant à lui déclaré “ne pas nier qu’il y ait des divergences”, tout en assurant qu’elles étaient “surmontables” par la négociation. Israël considère Jérusalem comme sa capitale “unifiée et éternelle”, mais la communauté internationale ne reconnaît pas l’annexion de la partie orientale après la guerre des Six-Jours en juin 1967. Les Palestiniens considèrent également que la Jérusalem-est, qui abrite le troisième lieu saint de l’islam, doit être la capitale de leur futur Etat. La semaine dernière, le ministre israélien de l’Intérieur, Elie Yishaï, a autorisé la construction de près de 1.000 nouveaux logements à Gilo, un quartier juif à Jérusalem-est, provoquant un tollé international.

La colonisation israélienne des territoires palestiniens occupés constitue le principal obstacle à une reprise des négociations de paix suspendues depuis près d’un an, et provoque des frictions entre alliés américain et israélien. Les Palestiniens réclament l’arrêt total des constructions en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-est, avant de revenir à la table des négociations. Israël s’y refuse et offre de renouer le dialogue sans condition préalable.
L’Egypte et d’autres nations arabes reprochent aux Etats-Unis de ne pas exercer de pression suffisante sur Israël pour stopper les travaux de construction ou d’expansion de colonies juives.

De son côté, le Premier ministre israélien Benjamin Nethanyahu justifie ces extensions par la nécessité de faire face à la “croissance naturelle” des familles juives installées dans les colonies.

Shimon Peres, dont les fonctions sont essentiellement protocolaires, a jugé dimanche que cette question prenait des proportions démesurées.

“Malheureusement, c’est une question marginale, des constructions de maisons sont devenues une question centrale pour de fausses raisons. Ma réponse, c’est que même cette question peut être réglée par des négociations et un accord”, a-t-il dit.

Moubarak, qui estimait à la veille de l’arrivée de Peres au Caire qu’Israël était en train d’ériger de nouveaux obstacles sur la voie de la paix, a déclaré pour sa part que le moment était venu pour les dirigeants israéliens de prendre une initiative courageuse.

“Nous voulons l’arrêt de l’implantation dans les terres occupées, y compris à Jérusalem-Est, et une reprise des négociations sur tous les points d’un statut final, en reprenant là où elles ont été interrompues”, a-t-il dit.

“Je prétends que la paix est toujours possible. La nécessité va croissant d’une volonté politique de la partie israélienne, qui a conscience de la situation régionale et comprend les dangers si cette occasion de paix est perdue, comprend que des décisions courageuses sont nécessaires”, a-t-il ajouté.
Moubarak et Peres devaient évoquer “les derniers développements au Moyen-Orient ainsi que les moyens de faire avancer le processus de paix entre Israël et les Palestiniens”, avait indiqué un communiqué de la présidence israélienne avant la rencontre. Les médias israéliens ont aussi fait état d’un plan que Peres pourrait présenter sur la création d’un Etat palestinien avec des frontières “provisoires” en attendant la conclusion d’un accord final. Cette proposition, déjà faite par le passé, avait été rejetée par les Palestiniens. Moubarak a renouvelé l’opposition du Caire à cette perspective.

(Visited 31 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires