Jérusalem partagée par deux Etats

15-12-2011 09:05 AM


Les pays européens ont appelé mardi à ce que Jérusalem devienne “la future capitale de deux Etats” palestinien et israélien dans le cadre d’un règlement négocié, tentant ainsi de trouver une formule de compromis après une controverse avec l’Etat hébreu. Dans une déclaration commune des 27 pays de l’UE, les ministres des Affaires étrangères réunis à Bruxelles ont dit leur “vive préoccupation” face au blocage du processus de paix. Ils ont réaffirmé n’avoir jamais reconnu l’annexion de Jérusalem-Est en 1967 par l’Etat hébreu et confirmé leur refus d’accepter les changements de frontières survenus après cette date, “autres que ceux acceptés par les deux parties”. Une manière de laisser la porte ouverte à une modification de sa position dans le cadre d’un éventuel accord de paix global, et d’apaiser Israël. “S’il doit y avoir une paix réelle, il est nécessaire de trouver par la négociation un moyen de résoudre le statut de Jérusalem comme future capitale de deux Etats”, souligne néanmoins le document européen. Ces formules ont fait l’objet d’intenses tractations pendant plusieurs jours entre pays européens, divisés entre eux sur la question et mis sous pression par des protestations préventives israéliennes depuis une semaine. L’initiative du texte avait été lancée par la présidence suédoise de l’UE. Mais contrairement à ce que souhaitait Stockholm à l’origine, les ministres européens ont refusé d’être plus explicites sur les contours d’un futur Etat palestinien. Alors qu’un premier projet de texte suédois précisait clairement que le futur Etat palestinien devait être composé de la Cisjordanie, de la bande de Gaza et de Jérusalem-Est, la version finale indique simplement que le futur Etat palestinien doit être “contigu (à Israël) et viable”. Plusieurs pays dont la République tchèque et l’Allemagne ne souhaitaient pas qu’on impose une solution à Israël et aux Palestiniens. Le ministre allemand Guido Westerwelle n’a pas caché sa “satisfaction personnelle”. “Préempter le résultat des négociations” sur le statut de Jérusalem aurait “nui à ces négociations”, a-t-il estimé. “Décider ici à Bruxelles ce que doit être le statut de Jérusalem serait très frustrant pour les négociateurs” israéliens et palestiniens, lui a fait écho le chef de la diplomatie italienne Franco Frattini. Mais d’autres ministres européens auraient voulu que l’UE, principal bailleur de fonds des palestiniens et traditionnellement plus à l’écoute de leurs préoccupations que les Etats-Unis, se montre plus directe sur ce sujet délicat. “Je comprends en fait difficilement qu’Israël n’accepte pas que la Palestine soit constituée de la Cisjordanie, de Gaza et de Jérusalem-Est”, a dit le chef de la diplomatie luxembourgeoise Jean Asselborn. Réactions au Proche-Orient La position européenne, revue en baisse, a finalement évité un conflit tant avec Israël qu’avec les Palestiniens. “Compte tenu de la version de départ extrême, soumise par la présidence suédoise, nous ne pouvons que nous féliciter qu’au bout du compte, la voix des Etat responsables et équilibrés ait prévalu”, a réagi le ministère israélien des Affaires étrangères. De son côté, l’Autorité palestinienne a parlé d'”un pas positif même si nous espérions quelque chose de plus fort et de plus clair”, a déclaré Nimr Hamad, un conseiller politique du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Israël considère l’ensemble de Jérusalem, y compris la partie orientale dont l’annexion n’est pas reconnue par la communauté internationale, comme sa capitale “éternelle et indivisible”. De sa part, Mahmoud Abbas a déclaré lundi qu’il “aimerait beaucoup” se réconcilier avec le Hamas pour que les Palestiniens puissent organiser de nouvelles élections d’ici juin 2010. Le président palestinien s’exprimait à l’issue d’une rencontre à Beyrouth avec le président libanais Michel Suleiman. L’Egypte tente de réconcilier les deux factions par un accord qui prévoirait la tenue d’élections présidentielle et législatives l’an prochain. Le Hamas a rejeté le projet d’accord en octobre, demandant à ce qu’il soit amendé pour permettre aux Palestiniens, le cas échéant, de continuer à combattre l’Etat hébreu. Mahmoud Abbas a dit qu’il était prêt pour les élections quand le Hamas donnera son feu vert à l’accord. Le Fatah de Mahmoud Abbas et le Hamas sont en désaccord depuis que le Mouvement de la résistance islamique a pris le contrôle de Gaza en juin 2007. Le Fatah ne contrôle plus que la Cisjordanie. Légende Les chefs de la diplomatie française, britannique et allemande à la réunion de Bruxelles.

(Visited 18 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires