Après 5 ans, Moubarak à la Maison Blanche le 18 août

15-12-2011 10:12 AM

Abdel Massih Felli


  Le président américain Barack Obama recevra son homologue égyptien Hosni Moubarak le 18 août pour discuter notamment du processus de paix au Proche-Orient, a indiqué la Maison Blanche. “Les deux dirigeants discuteront d’un grand éventail de sujets d’intérêt mutuel -dont le processus de paix au Proche-Orient, la lutte contre l’extrémisme et d’autres menaces dans la région et la promotion des réformes dans le monde arabe- ainsi que de la manière de renforcer les relations bilatérales,” a précisé le porte-parole de la Maison Blanche Robert Gibbs dans un communiqué. “Le président Obama est impatient de poursuivre les discussions qu’il avait eues avec le président Hosni Moubarak pendant sa visite au Caire le 4 juin,” quand Obama s’était adressé au monde musulman dans un grand discours, a ajouté Gibbs. Le président Moubarak effectuera sa première visite Etats-Unis en cinq ans, a annoncé au Caire le ministre des Affaires étrangères Ahmed Aboul Gheit. “Pendant sa visite de trois jours aux Etats-Unis, Moubarak rencontrera le président Barack Obama, le vice-président Joseph Biden, la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton, le secrétaire à la Défense Robert Gates et les dirigeants des services de renseignements américain”, a indiqué Aboul Gheit devant les journalistes. La visite sera consacrée aux relations bilatérales. Les parties examineront en outre les initiatives américaines sur la reprise du processus de paix au Proche-Orient, y compris sur les volets palestiniens, syrien et libanais, la situation en Irak et au Soudan, la réforme de l’ONU et la sécurité régionale. Les médias américains avaient annoncé plus tôt que le président égyptien se rendrait aux Etats-Unis le 15 août. L’Égypte est un allié clé des Etats-Unis au Proche-Orient, mais les rapports entre les deux pays se sont quelque peu dégradées sous l’administration Bush. Le Caire espère que l’administration Obama mènera une politique plus réfléchie et efficace au Proche-Orient. Bases militaires Dans ce contexte et avant sa visite attendue, le président Moubarak a annoncé le refus d’abriter des bases militaires sur le territoire égyptien, alors que le ministre des Affaires étrangères Ahmed Aboul Gheith a exclu la participation de l’Egypte à un parapluie défensif américain dans la région du Moyen-Orient. Moubarak a déclaré que “l’Egypte a rejeté avec virulence la proposition de certaines grandes puissances d’instaurer des bases militaires sur son territoire, et d’introduire certains équipements et matériels militaires”. Hillary Clinton, chef du département d’Etat américain, avait proposé en juillet dernier de mettre en place “un parapluie défensif dans les pays du Golfe et du Moyen-Orient”, et ce en vue d’appuyer les moyens militaires de ces pays, si les tentatives de l’Iran d’obtenir l’armement nucléaire se poursuivent. Selon des sources médiatiques occidentales, “les Etats-Unis tentent de mettre en place un parapluie défensif au Moyen-Orient, concomitamment avec un règlement définitif du conflit arabo-israélien”. Ce parapluie serait constitué, selon les mêmes sources, “de dispositifs anti-missiles, de centres de renseignements et de télécommunications”. Le chef de la diplomatie égyptienne a opposé un démenti à ces informations, “dénuées de tout fondement”. Par ailleurs, Hosni Moubarak a affirmé que “l’Egypte refuse la politique des bases militaires”, signalant que “l’Egypte est le seul pays dans la région, où il n’y a pas de forces étrangères, ce qui lui évite toute ingérence, ou emprise étrangère”. 

(Visited 25 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires