Adieu Rohmer, le cinéaste du subtil

15-12-2011 09:05 AM

Neven Lamie


un cycle de ses plus fameux films sera projeté tout au long du mois de janvier au Centre culturel français d Alexandrie. Rohmer est un exemple parfait du cinéma d##auteur à la française. Décédé lundi à Paris à l##âge de 89 ans , il était l##un des cinéastes les plus secrets de la Nouvelle Vague, l##auteur de fraîches comédies sentimentales peuplées de jeunes filles en fleur et un érudit qui célébrait la langue et la littérature françaises.
En hommage du réalisateur francais Éric Rohmer Souvent vu comme le Marivaux ou le Musset du cinéma français, Éric Rohmer a placé la parole au coeur de ses oeuvres, dont l’intrigue narrative se noue autour de la conversation et du badinage amoureux. En cinquante ans, il a signé vingt-cinq longs-métrages, un documentaire sur les films Lumière et des programmes scolaires pour la télévision.

“Né à Tulle (Corrèze) le 4 avril 1920, Éric Rhomer, de son vrai nom Jean-Marie Maurice Schérer, avait enseigné la littérature avant de se consacrer à la critique cinématographique.
Ce défenseur du cinéma classique hollywoodien était un fervent admirateur d’Hitchcock auquel il avait consacré un livre, cosigné avec Claude Chabrol. “En bon disciple que je suis d’Alfred Hitchcock, il faut qu’il y ait du suspense dans chacun de mes films, je n’aime pas les films ennuyeux”, affirmait-il. S’il fut l’un des tout premiers cinéastes issu des Cahiers à se lancer dans la réalisation, sa reconnaissance hors des cercles de cinéphiles fut tardive, avec “Ma nuit chez Maud” en 1969.

Rohmer est d’abord professeur de lettres, germaniste et écrivain. Il publie un roman ” Élisabeth “, en 1946, sous le pseudonyme de Gilbert Cordier.
Rohmer écrit ensuite pour différentes revues, et fonde ” La Gazette du cinéma ” où il fait la connaissance de Jean Luc Godard, Jacques Rivette,Francois Truffaut ou encore Claude Chabrol. C’est avec ce dernier qu il signe en 1957 un livre sur Alfred Hitchcock. Ensemble, ils ont rapidement fondé ce qui deviendra ” la Nouvelle Vague “. En 1959 il réalise son premier long-métrage, ” Le Signe du lion “, un film à l’aspect très innovateur (étonnant, pour l’époque, dans ses digressions et son sens du rythme lent), sorti sans grand succès trois ans plus tard.
En 1962, Rohmer entame un cycle de six films baptisé ” Contes Moraux “. Ce sont ces films qui seront projetés au Centre culturel français d Alexandrie, à savoir: ” Le genou de Claire ” (le 17 janvier) ” Ma nuit chez Maud ” (le 24 janvier) et ” Le Beau mariage ” (le 31 janvier), Ce sont des intrigues sentimentales sur des thèmes chers au cinéaste (l’amour et le hasard, le destin), sur un canevas commun : le choix de la femme, la tentation de l’infidélité puis le retour vers l’élue. Son style fera aussi sa marque, entre profondeur, raffinement et légèreté. Les dialogues y sont souvent sophistiqués et très littéraires. Sa direction d’acteur est assez épurée et sa mise en scène simple et efficace. ” Ma nuit chez Maud ” (1969), et ” Le Genou de Claire ” (1970, Prix Louis-Delluc) sont particulièrement remarqués. Dans la plupart de ses films, Rohmer choisit souvent de jeunes comédiens inconnus mais fait aussi appel à des acteurs confirmés comme le cas de son film ” Le Beau Mariage “, 1982. Il s’agit de Sabine qui habite Le Mans et suit des cours d’Histoire de l’Art à Paris. Elle décide de mettre un terme à sa liaison avec Simon, qui est marié, a des enfants et ne la voyait qu’en coup de vent. En lui annonçant sa décision, Sabine ajoute qu’elle va elle-même se marier. Conte éthique et social cruel. Constamment, le mariage est envisagé comme un désir d’élévation spirituel (s’accomplir) alors qu’il n’est qu’une solution pour s’élever socialement.
Les contrastes sociaux entre Clarisse et Sabine transparaissent à chaque scène. Pour Clarisse, réception mondaine, habits et atelier bourgeois ; pour Sabine, appartement parisien miteux, pauvre affiche de Man Ray, train et 4L, réception et costume minable, ancien amoureux pantouflard.
Rohmer pourrait vouloir nous dire d’apprendre à se considérer globalement (amis, habitation, langage) sans croire à d’autres changement que ceux provoqués par la grâce, absente ici.
Quant au ” Genou de Claire ” qui est le cinquième volet du cycle des “Six contes moraux”, il traite de Jérôme, un attaché culturel de 35 ans, qui se découvre fasciné par une jeune fille, Claire. Il ressent un désir irrépressible de toucher son genou.
Pour ” Ma nuit chez Maud “, il traite de Clermont Ferrand. Quelques jours avant Noël, un jeune ingénieur, récemment revenu de l’étranger, remarque à la messe une jeune femme blonde et décide qu’elle sera sa femme. Il retrouve par hasard Vidal, un ancien ami communiste, qui l’invite à un dîner le soir de Noël chez une amie divorcée, Maud. La soirée se passe en longues discussions sur le mariage, la morale, la religion, Pascal, à trois, puis à deux, mariant également sincérité et séduction, mais au terme de laquelle la barrière platonique ne sera pas franchie. Le lendemain, l’ingénieur aborde la jeune femme blonde, Françoise. À quelque temps de là, il lui propose de l’épouser mais celle-ci se rebiffe car venant de sortir d’une liaison avec un homme marié. Cinq ans plus tard, sur la plage, Maud, Florence et l’ingénieur se croisent échangent des banalités avant que quelques vérités ne se mettent en place.
Des films à ne pas rater.

(Visited 36 times, 1 visits today)

commentaires

commentaires